FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_print

Chacun connait le résultat des élections de « mid-term ».

Le parti Républicain renforce de façon sensible sa majorité au Sénat tandis que le parti démocrate l’emporte à la chambre des représentants, ou ils auront une majorité de 11 , ce qui n’est pas énorme et que les positions des uns et des autres se maintiennent plus ou moins pour les postes de gouverneurs. Grosso-modo, un match nul donc ?

Peut-être, mais je ne le crois pas vraiment et pour trois raisons.

  • La première est que la gauche américaine nous expliquait depuis deux ans que monsieur Trump était un accident de l’histoire, un Président « illégitime » une erreur de la démocratie et que lui et ses partisans allaient être balayés par le vent de l’Histoire soufflant en tempête. Il n’y a pas eu de vague bleue (la couleur du parti démocrate), mais un retour à une situation normale où le parti au pouvoir souffre lors des élections de mi-mandat.
  • La deuxième est que le pays a rarement été aussi divisé et que ces élections n’ont rien tranché. Donc la vraie bataille entre Trump et son opposition ne fait que commencer.
  • Et comme l’électorat n’a pas vraiment décidé de qui devait gouverner le pays, cette quasi guerre civile larvée va continuer en passant cette fois ci par les tribunaux.

Qui dit tribunaux dit ministère de la justice (DOJ)…

Or cette guerre a commencé depuis longtemps. Venons-en donc à l’essentiel : la sourde bataille à mort qui oppose l’administration Trump au parti Démocrate pour le contrôle du ministère de la Justice depuis l’arrivée du Président Trump.

Quand j’ai commencé à parler de tout ça il y a un an, il y avait beaucoup de choses sur ces sujets que je ne comprenais pas- et donc j’ai commis quelques erreurs d’interprétations- ce dont je m’excuse.

Voici ce que je crois comprendre aujourd’hui.

Mais il va falloir que le lecteur s’accroche.

Revenons en arrière.

Monsieur Trump est élu et dès le premier jour les démocrates, qui n’acceptent pas l’élection du nouveau Président, lancent leur attaque « collusion entre Trump et Poutine » visant à destituer le nouvel élu.

Pour cela, il leur faut capturer le ministère de la Justice et y installer un homme à eux. Ils accusent donc monsieur Sessions, nouveau ministre de la justice de Trump et ancien sénateur, d’avoir eu lui aussi des contacts avec cette même Russie (il a rencontré plusieurs fois l’ambassadeur Russe, comme la plupart des Sénateurs). Sessions, en brave homme qu’il est, se retire de l’enquête sur la soi-disant collusion entre Trump et Poutine et les démocrates de se précipiter pour demander un « prosecuteur spécial (leur homme à eux) », après que monsieur Trump ait viré le patron du FBI dans lequel il n’avait aucune confiance, ce que le congrès, pourtant à majorité Républicaine dans les deux chambres, accorde, sous une pression formidable des media.

Le prosecuteur spécial désigné, monsieur Muller, n’est donc plus- de droit– sous le contrôle du ministre de la Justice nommé par monsieur Trump, qui s’est retiré de l’enquête, mais de son second, monsieur Rosenstein, un apparatchik étatique s’il en fut. Le même Rosenstein avait recommandé à Trump de virer le patron du FBI… l’une des raisons mentionnées pour demander la nomination d’un procureur spécial. Le hasard fait bien les choses.

Pour l’instant, monsieur Muller n’a rien trouvé, ou plutôt, il n’a rien laisse filtrer de ce qu’il avait trouvé –ou pas), mais les membres Républicains de la chambre des Représentants (alors majoritaires), dans les deux dernières années, ont trouvé, eux, énormément de choses sur les relations quelque peu incestueuses entre le parti démocrate et le département de la Justice. Les Républicains à la Chambre et au Senat ont déterré en effet et non sans mal les preuves de la culpabilité de leurs adversaires démocrates dans ce qu’il faut bien appeler un complot pour destituer le Président élu. (Voir mes articles précédents sur le sujet)

Mais ils ne pouvaient rien faire des preuves qu’ils avaient mis à jour en raison de la sacro-sainte séparation des pouvoirs propre à la Constitution des Etats-Unis. En effet, le pouvoir législatif ne peut envoyer personne devant un juge, c’est le privilège du pouvoir exécutif. Tout ce que peut faire le parlement, c’est de transmettre au ministère de la Justice, à charge pour ce dernier d’instruire ou pas. Le Président de la République ne peut donner un ordre de le faire au ministre[M1] , c’est le ministre qui donne l’ordre de poursuivre, après enquête du FBI (qui dépend aussi du ministère de la Justice). Et comme monsieur Sessions s’était désisté et avait transféré toutes ses prérogatives à monsieur Rosenstein et que celui-ci n’a jamais eu la moindre intention d’ordonner la moindre enquête et a même bloqué les demandes d’informations en provenance du Congrès, les poursuites n’ont guere avancées, non pas faute de preuve mais faute de suivi au DOJ.

Et monsieur Trump, avec une très faible majorité au Senat ne pouvait prendre le risque de virer Sessions, tant cela aurait été interprété comme une tentative de coup d’Etat pour empêcher monsieur Muller de faire son boulot, en remplaçant monsieur Rosenstein.

Et donc les démocrates et les apparatchiks parvinrent à contrôler le ministère de la Justice, bloquant toute enquête et toute poursuite. En attendant le 6 Novembre 2018, hauts fonctionnaires et élus Démocrates freinaient des quatre fers, espérant retrouver une majorité contre Trump après les élections. Ce qui aurait forcé monsieur Trump à garder monsieur Sessions… et aurait définitivement enterré toutes les tentatives de nettoyer le marais de Washington. Et comme la presse ne relayait aucune de ces informations, tout était bloqué.

Mon erreur a donc été de ne pas savoir qu’en Droit, aux USA, et au niveau fédéral, seul le département de la justice pouvait diligenter une enquête en justice en saisissant un magistrat.

Ni le Sénat, ni la Chambre des Représentants ni le Président ne le peuvent (et c’est très bien comme ca d’ailleurs).

Si donc monsieur Trump avait perdu le Senat, tout était foutu pour lui.

Mais comme les Républicains ont accru leur majorité au Sénat et que la nomination du prochain ministre de la Justice devra être entérinée par ce même Senat, ce qui se fera sans aucune difficulté, la première chose que monsieur Trump a fait a été de virer dès le lendemain de l’élection ce pauvre monsieur Sessions, qui du début à la fin n’a rien compris au film.

Le nouveau ministre (ou quelque haut fonctionnaire en attente de la nomination du nouveau ministre) va immédiatement enlever le contrôle EFFECTIF du ministère de la Justice (et donc de monsieur Muller) à monsieur Rosenstein pour pouvoir commencer les poursuites contre les Clinton, Comey et autres dignitaires du parti démocrate, dont peut être messieurs Rosenstein et Muller eux-mêmes d’ailleurs… si le Président le souhaite et s’il y a suffisamment de preuves.

Le résultat les plus important de ces élections est donc que Trump a certes perdu la chambre des représentants, mais en gardant le Sénat, a repris le contrôle du ministère de la Justice qu’il avait perdu à cause de la naïveté de monsieur Sessions.

Osons une comparaison militaire : après Stalingrad, tout le monde savait que l’Allemagne avait perdu mais il fallut attendre encore deux ans pour qu’elle capitule. Pour Trump, ces élections de mid-term étaient donc LA bataille qu’il ne devait pas perdre, et il s’est battu comme un fou.  Les Mid-term, c’était son Stalingrad à lui…Il n’a pas perdu. Et en virant Sessions, monsieur Trump a prévenu les démocrates qu’il pouvait leur faire des ennuis, à nouveau.

Inutile de dire que les Démocrates et la presse crient au coup d’état depuis que Sessions a été viré, mais la réalité semble être que le Président a agi dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles, qui l’autorisent à choisir et à virer chaque personne de son cabinet comme il le veut et quand il le veut.

Et dans le fond, comme monsieur Mueller enquête sans aucune contrainte depuis deux ans, beaucoup se disent : « ou il a découvert quelque chose et il doit le publier, ou il n’a rien trouvé, et il est temps que cela s’arrête ». Et donc les cris d’orfraie des Démocrates apparaissent un peu surfaits…

En tout état de cause, le nouveau responsable du DOJ n’a aucune, mais aucune raison de se désister de tout ce qui touche à l’enquête de monsieur Mueller, comme l’avait fait ce bon Sessions. Et on le voit mal bloquer les dossiers à charge contre les Démocrates comme l’avait fait monsieur Rosenstein.

Ce qui m’amène à mon dernier point : que va-t-il se passer pendant les deux années qui nous séparent de la prochaine élection présidentielle dont la campagne a commencé le 7 novembre au matin ?

A mon avis, rien de bon.

Les Démocrates ont les media, viennent de récupérer la chambre des représentants et ils ont bien l’intention de faire tomber le Président, comme ils l’avaient fait avec Nixon. Il se murmure par exemple que les Démocrates  à la chambre des représentants auraient déjà préparé près de 100 demandes d’information spéciales (subpoena) sur des sujets aussi passionnants que les déclarations fiscales de Trump, le nombre et l’identité de citoyens russes qui auraient acheté des appartements dans la tour Trump à New-York, les relations entre la Deutsch Bank et le groupe Trump, les sources de financement de ce même groupe pour savoir si des fonds russes ne seraient pas intervenus au bon moment pour sauver le groupe quand il était en difficultés  etc…

Inutile de dire que toutes informations fuiteront dans la presse instantanément, du moins toutes celles qui seraient défavorables au Président sortant.

Du côté de l’administration au pouvoir et des Républicains, ils ont la Présidence, le Senat, et donc le pouvoir de nomination des juges et ils viennent de récupérer le ministère de la Justice (DOJ).  Je suis bien certain que les dossiers sur les Clinton, sur les collusions entre ministère de la justice et le parti démocrate, sur la fondation Clinton, etc… sont tous prêts à être envoyés devant un juge…si nécessaire.

Mais il faut se souvenir que quand le dossier arrive chez le juge, il devient inarrêtable, et c’est ce que le Président a dit en mentionnant que le temps de gouverner ensemble plutôt que de se déchirer était arrivé… façon polie de rappeler ce que l’on dit en Polynésie : « ceux qui grimpent au cocotier doivent d’abord s’assurer qu’ils ont le derrière propre. »

Mais je ne crois pas une seconde que les Démocrates vont saisir cette branche d’olivier tant ils haïssent Trump.

Et donc, il me semble évident que dans les deux ans qui viennent, les Etats-Unis vont continuer à se déchirer comme rarement dans leur histoire et que cette fois ci la bataille aura lieu devant les tribunaux.

L’atmosphère aux USA va devenir de plus en plus irrespirable et il est à craindre que le système législatif ne soit complètement bloqué puisque toute législation qui passera à la Chambre sera refusé par le Sénat, et vice versa.

En ce qui concerne le pouvoir exécutif, cela veut dire que le Président devra gouverner par décrets (exécutive orders) comme l’avait fait Obama. Ce qui veut dire que toute reforme réalisée par l’administration en place pourra être annulée d’un coup de crayon, comme on l’a vu pour le soi-disant Traité de Paris ou l’accord avec l’Iran, signés par l’administration Obama et annulés purement et simplement par l’administration suivante.

Quant au pouvoir judiciaire, on l’a vu avec la nomination du dernier juge à la cour suprême, c’est là que la bataille fait le plus rage entre les deux groupes.

Je n’ose penser à ce qui pourrait se passer si madame Ruth Ginsburg (juge de gauche à la cour suprême), octogénaire et qui vient de subir une chute assez grave, venait à disparaitre dans les semaines qui viennent. Et chaque nomination d’un juge au niveau fédéral ou local va être l’objet d’une bataille sanglante, qui laissera des traces.

Beaucoup pensent que cette situation de blocage serait favorable à long terme à la croissance et aux marchés financiers. Cela sera vrai si nous n’avons pas de crises domestiques ou internationales demandant une réponse rapide et coordonnée des autorités américaines.

Hélas, une crise me parait assez probable dans les mois qui viennent, comme je l’ai écrit depuis l’automne dernier. D’après moi, nous sommes en effet en train de rentrer dans des temps difficiles et troublés. Rien dans ce résultat électoral ne me permet de remettre en doute ce diagnostic, au contraire puisque le pouvoir exécutif américain en sort quelque peu affaibli.

En conclusion

Je pense que ce résultat électoral n’est pas spécialement mauvais pour Trump, mais que rien n’a été réglé, rien.

Et comme la gauche a tendance à devenir de plus en plus violente et intolérante, le pire est à craindre et le sang pourrait couler.

Dans la mesure où les marchés ont horreur de l’incertitude, il me semble que les choses vont donc aller plus mal avant que d’aller mieux.

Conservez une part importante de cash dans les portefeuilles me semble toujours justifié.

 

 

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

11 Commentaires

  1. @Daniel, petit détail, pourriez vous mettre les accents sur vos écrits (et pas ecrits), ce serait plus digeste à lire.
    Sinon, échanges intéressants et le fait d’être posé et ne pas s’enflammer trop vite est juste mais il est aussi vrai que la réalité peut aussi être bien plus palpitante (vu sa complexité) que la plus folle des fictions…

    Répondre
  2. @Daniel
    Merci beaucoup pour vos liens qui m’ont titilé d’aller les voir de plus près.
    (Le lien du Wsj n’est pas accessible sans souscription)

    Celui de fox news est semblable a celui ci:
    https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/2/20/17031772/mueller-indictments-grand-jury
    Où on trouve des précisions sur les “crimes” reprochés.

    Quand on regarde attentivement, on voit que tout cela est très loin d’une collusion ou conspiration avec la russie. Parfois c’est même le contraire, on reproche à certain d’avoir été lobbyiste pour l’Ukraine (sans l’avoir déclaré).
    Et les crimes sont “Mensonges au FBI” ou “fraude fiscale” ou “lobbyisme” …

    Tout ceci est encore très très loin d’avoir atteint Trump.

    En tout cas, sachant que 95% de la presse est anti-trump acharnée, cela me met directement la puce à l’oreille et et mes voyants “FOUTAGE de GUEULE” et “FAKE NEWS” sont allumés!

    C’est sur que, comme 95 % de nos infos sur Trump viennent de la presse mainstream, mon avis qui ne fait que simplement se baser l’autre face de la piece cad sur les infos de la droite americaine, parait “tranché” comme vous dites.

    Neanmoins, Marc Levin en particulier, me parait très très bien connaitre son sujet. Il avait dit il y a des mois que Muller ne pouvait pas “indict a sitting president”, ce qui semble être maintenant acquis:
    https://eu.usatoday.com/story/news/politics/2018/08/24/can-president-donald-trump-indicted/1072572002/

    Quand je vois qu’une source m’a menti, je deviens suspicieux. Et quand je vois une autre source qui s’avère être fiable sur certains sujets, alors ma tendance est par défaut de ne plus croire la première et de croire la seconde.
    Je n’ai pas le temps de toujours tout vérifier et de croiser toutes les informations.

    J’espère que les republicains vont enfin passer à l’offensive avec le nouveau Attorney General.
    Il se peut aussi que le prochain rapport de l’Inspector General Michael Horowitz apporte de nouvelles infos destructrices pour le camp démocrate et Washington Swamp.

    Bonne journée

    Répondre
  3. Un match nul ca va pour trump. Avant ces midterms ceux qui s’opposaient a lui ,democrates et pseudo-republicains,lui ont mis beaucoup de batons dans les roues et pourtant ,trump avait reussi a avancer. Maintenant avec des elus republicains a priori plus loyaux et plus convaincus, il devrait continuer a faire changer l’amerique de direction et par contrecoup, faire “ralentir” le camion europe qui allait lui aussi dans une direction peu souhaitable.

    On verra comment se deroulera le reste de son mandat.Guerre au mo ou pas? mur ou pas? Deja des rumeurs sur un candidature d’hillary pour 2020. Le combat contre une dictamolle voir une dictadure des rentiers continue…

    Répondre
  4. Trump tient bon. Mais sur le long terme, la dynamique démographique n’est-elle inexorablement en faveur de la gauche (croissance interne des “minorités” et poursuite des flux migratoires)?

    La gauche américaine éclatera, comme elle éclatera en France, quand elle devra faire les comptes avec ses contradictions internes (comme dit E. Gave le féminislasmisme et l’antiracisme racisé entre autres) mais il sera trop tard. La déconstruction ou plutôt la démolition de la société traditionnelle aura eu lieu.

    Répondre
    • Je pense que vous avez raison; la “gauche” américaine a exactement le même comportement que la gauche et la macronie en France: tout faire pour mettre en avant les minorités; jusqu’à ce que l’on se trouve dans la situation française, c-à-dire des revendications spécifiques que l’on peut difficilement refuser car faisant partie des droits de l’homme, par et pour ces minorités; ex.: repas hallal, et j’en passe;
      d’ailleurs au soir de ces midterms que nous a-t-on montré en France: les deux femmes musulmanes et une ou deux indiennes (d’Amérique) élues à la chambre des représentants!
      Les hispaniques et les noirs poseront déjà suffisamment de problèmes dans quelques années pour que l’Amérique ne soit plus WASP pas plus que la France n’est blanche!

  5. La gauche devient de plus en plus intolérante parce qu’elle est au pouvoir depuis longtemps, qu’elle s’ y sent très menacée par ce qu’elle appelle “le populisme” , et qu’on ne perd jamais le Pouvoir sans se battre férocement. C’est vrai partout. Chez nous , M. Macron membre d’un grand corps de l’ Etat, a sauvé la situation de cette élite de justesse; en GB, les “remain” du Brexit continuent à espérer un referendum pour que rien ne change; les Italiens ou Hongrois rejettent l’ internationalisme qui n’ est plus prolétarien mais celui des mouvements de capitaux et de populations … La violence était l’ apanage des ligues d’ extrême droite vers 1935 quand la social-démocratie s’ installait dans le monde atlantique, parce que c’était la fin d’ un monde . Même changement sous nos yeux car cette social-démocratie a donné ce qu’ elle pouvait mais est devenue dépassée à son tour.
    Je vous propose une définition du populisme : ” c’ est quand le peuple ne vote pas selon les prescriptions de ses élites”. C’est à dire de ceux qui sont au pouvoir et qui y sont bien. Il leur faut alors, ou bien changer de peuple ( B. Brecht); ou bien le faire taire par le recours à des procédures contrôlées. Cela, en effet, doit se finir mal.

    Répondre
  6. Bonjour,

    Je vous remercie pour votre nouveau decodage de la situation politique americaine, qui amene un certain eclairage.
    Je me permets de rajouter dans ce commentaire certains details aussi interessants mais peut-etre fastidieux :
    – Rod Rosenstein est republicain. Il fut nomme US Attorney par GW Bush, et a travaille pour Ken Starr dans l’enquete sur Bill Clinton ‘Whitewater’
    – Robert Mueller est republicain. Depuis le debut de son enquete en mai 2017, 33 personnes, certaines de l’entourage direct de Donald Trump ainsi que des russes ont ete referees a des juges criminels (plus de 2 par mois). Quelques un ont ete juges, et ont ete trouves coupables
    – La Clinton Foundation est effectivement sous enquete du FBI depuis 2015 (cette enquete avait ete ralentie en 2016 et a repris de plus belle apres les elections presidentielles). Aucun ‘special counsel’n’a ete mis en place parce que, dixit Jeff Sessions, ce qui a ete trouve n’est pas legalement suffisamment problematique
    – Effectivement le president Trump avait entierement le droit et la capacite de limoger James Comey. Le probleme est que Donald Trump a lui meme admis, a la television, que la vraie raison de son limogeage etait de faire arreter ‘the Russia thing’. Ceci est (peut-etre) une intention de pervertir la justice, et reprehensible penalement.

    Effectivement, vous avez raison de le souligner, la situation reste inquietante, et les resultats des midterm pointent vers encore plus de conflits entre l’executif et le legislatif.

    Répondre
    • Bonjour,

      @Daniel:
      Ou avez vous trouvé cela? Je vous cite:

      “Depuis le debut de son enquete en mai 2017, 33 personnes, certaines de l’entourage direct de Donald Trump ainsi que des russes ont ete referees a des juges criminels (plus de 2 par mois). Quelques un ont ete juges, et ont ete trouves coupables”

      L’enquête de Muller, c’est du vent. Ce que les medias en racontent est de la pure propagande.
      Les deux seuls soit disant proches de Trump inquiétés sont Paul Manafort et George Papadopoulos.

      Le premier pour des faits (fraudes fiscales) remontant à plus de 10 ans avant la candidature de Trump, donc strictement aucun lien avec lui.
      Muller essaye de faire peur à Manafort en espérant que celui-ci balance quelquechose sur Trump.
      Bref, Muller fait du chantage et n’a rien sur Trump.

      Le deuxième a pour le moment fait un accord “Plaider coupable” pour fausse déclaration au FBI. Mais comme les nouveaux faits tendent à montrer qu’il a été piégé, je l’ai entendu dire qu’il envisage de se retirer de l’accord.
      En tout cas, il n’est pas l’entourage direct Trump et son “crime” n’a rien à voir avec une collusion avec la Russie.

      Donc, pouvez dire EXACTEMENT qui sont ces nombreuses personnes de l’entourage direct de Trump qui auraient été jugées et déclarées coupable? ET coupable de quoi?

      Et ici vous dites:
      “Effectivement le president Trump avait entierement le droit et la capacite de limoger James Comey. Le probleme est que Donald Trump a lui meme admis, a la television, que la vraie raison de son limogeage etait de faire arreter ‘the Russia thing’. Ceci est (peut-etre) une intention de pervertir la justice, et reprehensible penalement. ”

      C’est strictement impossible. Marc Levin l’explique très bien. James Comey étant un subalterne du POTUS, Trump à donc TOUS LES DROITS de le virer ET peu importe la raison.
      De plus, Trump a suivit le conseil de Rod Rosenstein qui dans un mémo avait recommandé de virer Comey.
      Il n’y a aucune obstruction à la justice.

      Des détails plus intéressant sont les suivants:
      * On ne peut “impeacher” le président pour des faits avant sa présidence. Donc, les vieilles casseroles que Trump pourrait avoir … ne serviront à rien.
      * La nomination de Muller serait inconstitutionnelle et même si Muller est republicain c’est un pourri qui essaye de faire tomber Trump.
      * Rod Rosenstein est aussi un pourri, qui aurait du se récuser (ce que Jeff Session n’aurait pas du faire) car il est en conflit d’intéret, ayant signé un des FISA permettant au FBI d’espionner illégalement Carter Page et il fait partie du groupe ci-dessous.
      * La vrai collusion avec la Russie était du coté démocrate où la campagne Clinton, avec Fusion GPS (Nellie Ohr la femme de Bruce Ohr, Christopher Steele) , le DOJ (Rod RosenStein, Bruce Ohr), le FBI (James Comey, Andrew McCabe, Peter Strzok, Lisa Page), la CIA (John Brennan) et les fausses infos venant de la russie ont fait espionner la campagne de Trump puis ont tenté de le faire tomber pour un crime que EUX avaient commis.

      Ca ressemble a du conspirationisme, mais ce n’en est malheureusement pas.

      Espérons que le prochain atorney general va enfin faire tomber les pommes pourries de l’arbre.

    • Bonjour @A.Meladius,

      Puisque vous demandez des reponses –

      Personnellement, je ne sais pas si l’enquete de Mueller ‘c’est du vent’. Je n’en ai pas les details, car objectivement ils ne filtrent pas. Toutefois, j’ai trouve ce graphique interessant, pour comparaison avec d’autres ‘special investigations’ (fivethirtyeight est vaguement ‘liberal’, mais on peut passer outre les commentaires et se focuser sur le joli graphique) :
      https://fivethirtyeight.com/features/how-muellers-first-year-compares-to-watergate-iran-contra-and-whitewater/

      Factuellement, pour les mises en examen et jugements (ou guilty pleas), on peut voir cela (le WSJ ou Fox ne sont pas de gauche):
      https://www.wsj.com/articles/mueller-indictments-whos-who-1531511838
      https://www.foxnews.com/politics/whos-been-charged-by-mueller-in-the-russia-probe-so-far

      Manafort, Gates, Flynn sont des proches du president Trump. D’autres mis en examens ne le sont pas.

      Est-ce que le limogeage de Comey peut etre de l’obstruction ? Peut-etre. En tout cas, cela est actuellement debattu, et sera tranche par un juge. Je note par exemple USA Today (pas un media de gauche hysterique, de nouveau) :
      https://www.usatoday.com/story/news/politics/2018/01/26/why-trumps-desire-fire-mueller-may-invite-obstruction-case/1068812001/
      Trump avait bien tous les droits de limoger Comey, et n’avait pas besoin de motif pour cela. Le probleme est qu’il a donne des motifs, dont au moins un legalement problematique (et d’autres non, le president Trump est revenu plusieurs fois sur ses declarations et est parfois incoherent).

      Pour le reste de vos points, je comprends que c’est votre avis, soit. J’aimerais avoir un avis aussi tranche que le votre, mais humblement, ne connaissant pas plus de details que ce que je peux lire sur les journaux ou internet, je reste mesure et je me mefie des ‘pundits’ de droite ou de gauche, dont les avis peuvent etre ‘entertaining’, mais qui ont ‘zero skin in the game’ comme dirait l’autre et cherchent seulement a faire monter leur audience par des declarations outrageantes et parfaitement subjectives.
      Par experience, la realite est souvent plus ennuyeuse et decevante que les conspirations.

      Il reste que la situation politique aux Etats-Unis fait que les actions et reactions du gouvernement US resteront difficiles a prevoir, et peuvent aussi etre destabilisantes pour les autres pays dits ‘occidentaux’. C’est problematique, la situation est confuse, et il est tout a fait vrai qu’il ne faut pas etre investi trop agressivement sur les marches.

    • Bonjour (ou re-bonjour, ce sera la suite de ma reponse a @A.Meladius),

      J’ai pris du temps pour faire mes devoirs et me renseigner ce matin.

      @A.Meladius : bonne nouvelle ! La constitutionnalite de la nomination de Mueller est en train d’etre revue par la justice americaine :

      https://www.lawfareblog.com/dc-circuit-considers-constitutionality-bob-muellers-appointment

      L’article n’est pas palpitant, c’est assez technique et a la limite incomprehensible pour quelqu’un, comme moi, qui ne serait pas specialiste. Vous aurez probablement une meilleure comprehension que moi, la barre est basse.

      Mais, a suivre donc pour la conclusion de la cour, par des personnes ayant acces aux details (l’argument vient de de personnes plaidant l’inconstitutionnalite), et qui connaissent le cadre d’application de la loi americaine.

      La juge qui preside, Karen LeCraft Henderson, a ete nommee par Reagan et Bush Senior. Les deux autres juges par Clinton et Obama.

      De mon siege dans ma cave, je ne vois pas si ils sont ‘pourris’ tous les trois (cela ferait tout de meme beaucoup de pourris a la fin, ce serait l’Empire du Danemark ou quoi !).

      Je retourne j’espere a ma lecture attentive, mais passive, du blog de Charles Gave. Gardons les yeux et l’esprit ouverts, et pour les marches financiers encore une fois: ceinture et bretelles.

      Bonne journee

    • Oh, vous savez, ici, nous sommes tous des trolls arrogants, avec des avis tranchés, racistes, fachos, nazis, intolérants, conspirationnistes, de l’ultra-extrême-droite. Donc la barre est encore plus basse. Pire que cela, nous avons voté Trump – c’est dire…

      Vous avez tout à fait raison: nous vivons dans nos caves, et nous nous nourrissons tous de smarties.

      Heureusement que vous êtes là pour nos apporter la vérité objective. Et c’est vrai, le peuple américain qui a démocratiquement élu Trump a «zero skin in the game», contrairement à vous, cela est évident.

      Pire, nous pensons que tous les médias que vous citez ont du «skin in the game» et qu’ils sont tout sauf impartials et objectifs. Oh mon Dieu, nous sommes des conspirationnistes qui voyons des conspirations partout! D’ailleurs, vous avez vu le chapeau en aluminium avec des antennes sur nos têtes? (Pour ma part, ma théorie préférée reste celle des hommes-crabes – c’est celle qui donne le plus de sens à tout ce gourbi.)

      Je suis heureux que, au moins, notre existence soit un «entertainment» pour vous. Vous savez, en tant que peuple, nous sommes assez idiots pour croire les prêtres, pour ne prêter aucune crédibilité à FoxNews (mais c’est pourtant un média de l’ultra-droite!), et pour avoir voté Donald Trump – parce que, il est vrai, nous ne votons que pour les gens qui outragent (nous sommes tellement bêtes!). Heureusement que l’élite est là pour nous diriger malgré nous et nous apporter le bonheur malgré nous, car elle connaît la vérité vraie objective (cette élite, elle est bien bénie).

      D’ailleurs, nous sommes tellement ultra-néo-extrêmistes, que nous écoutons des gens comme Styxhexenhammer666 (un gars qui vit dans sa cave, et qui ne s’habille même pas) – par exemple:

      https://www.bitchute.com/video/V4q0DZ-tQHY/

      https://www.bitchute.com/video/it1xTbblhvw/

      https://www.bitchute.com/video/VC444yJbCns/

      https://www.bitchute.com/video/apNVeihHf6Q/

      https://www.bitchute.com/channel/styxhexenhammer666/

      Je veux dire, nous écoutons un gars nu dans sa cave qui fait des vidéos avec sa webcam, qui n’a aucune légimité, qui n’a aucun diplôme (il n’a pas fait Harvard!), qui ne travaille pas sur les marchés (Oh!), et qui est un libertarien et qui supporte le bitcoin! Invraisemblable. Je veux dire, a-t-il déjà mis une cravate? A-t-il une femme (c’est la bien preuve qu’il est n’a aucune valeur sociale et qu’on ne devrait pas l’écouter)? A-t-il déjà été invité à Davos? Le peuple est vraiment irrécupérable (surtout celui des pays «dits occidentaux», celui-ci étant naturellement belliqueux, cupide, sans humanité, intolérant, sexiste, que sais-je encore). Le peuple soutenait même le Teaparty avant l’arrivée de Trump.

      Je suis tellement bête que je ne comprends pas pourquoi vous postez ici des commentaires alors que vous ne lisez monsieur Gave uniquement parce que il est «entertaining». Le peuple n’est-il pas irrécupérable? (C’est bien pour cela qu’il ne faut pas demander son avis au peuple, parce que il ne sait pas ce qui est bon pour lui.)

      Heureusement que l’élite est un Guide pour le peuple. Et un guide autoritaire (sans quoi le peuple ferait n’importe quoi, comme par exemple aller à la messe).

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *