FavoriteLoadingAjouter aux favorisLe ralentissement de l’activité industrielle mondiale peut en partie être imputé au secteur automobile, mais il ne peut s’appuyer sur les suspects habituels: la hausse des taux d’intérêt et la hausse du pétrole. Les PMI manufacturiers ont baissé partout en territoire négatif. Étonnamment, les producteurs de matières premières ont relativement bien résisté. Il y a beaucoup moins d’enthousiasme pour une réponse politique coordonnée à l’échelle mondiale. La Chine ne va pas renflouer cette fois-ci l’économie mondiale. La politique monétaire ne semble plus avoir aucun effet. Les prix des actifs atteignent déjà des records. C’est pourquoi la réponse à l’inévitable prochaine récession devra venir de la politique budgétaire …

 

Les banquiers centraux sont maintenant engagésdans une énorme opération de maintien des prix. Ils ont agi pour modifier la distribution des ressources. L’outil par lequel la sélection est réalisée dans une économie capitaliste est le taux d’intérêt. Le problème est que depuis 2002, les banques centrales occidentales ont agi pour mettre fin à ce processus de «sélection naturelle». On a cassé le thermomètre. Il conviendrait de diversifier les positions en actions partout dans le monde avec des actifs anti-fragiles tels que l’or, le yen japonais ou le marché obligataire chinois, tout en maintenant un bon niveau de trésorerie en dollars américains.

 

L’or deviendra-t-il plus attractif que les obligations d’État?Les rendements sont revenus à des niveaux de crise et, malgré les difficultés de croissance, les actions actuelles du marché laissent présager un «sommet sans précédent» sur le marché obligataire. La plupart des investisseurs en obligations recherchent actuellement une protection qui peut ne pas être justifiée, car les marchés estiment que plus les obligations sont émises, plus leur prix devrait monter.

 

Les Etats-Unis perdent de la vitesse sur la devise mais pas sur les actions.

 

La révision à la baisse des bénéfices américainss’est produite parallèlement à la publication par le Bureau of Economic Analysis du PIB américain du dernier trimestre, de révisions significatives des données de la comptabilité nationale pour les trois dernières années. En particulier, il a révisé à la baisse ses données relatives aux bénéfices des sociétés non financières aux États-Unis, au point que le récent rebond des bénéfices des sociétés a quasiment été annulé. Personne ne pensait que la croissance du PIB américain au deuxième trimestre serait aussi rapide que celle de 3,1% en rythme annualisé enregistrée au premier trimestre. Cependant, à 2,1%, la lecture au deuxième trimestre a été légèrement meilleure que prévu. Les révisions du BEA montrent que le capital des entreprises est insuffisant, mais qu’il s’agit généralement d’un indicateur retardé. Il y a des signes que l’investissement dans le logement est en train de se retourner . Les perspectives pour  la consommation de biens durables sont positives. La croissance des bénéfices des entreprises diminue progressivement. Le retour sur investissement et les marges bénéficiaires baissent, ce qui érode un peu la confiance. Compte tenu du niveau de valorisation des marchés obligataires, les actions semblent toujours préférables aux obligations.

 

Le marché boursier américain semble néanmoins surévalué à 55%,contre 30% avant la récente révision des bénéfices aux États-Unis. Cette dernière révision des bénéfices des entreprises suggère que celles-ci ont utilisé une comptabilité créative. La nouvelle vision des bénéfices des sociétés américaines signifie que l’économie est maintenant exposée à un risque de récession. Il devient nécessaire d’augmenter le niveau de liquidités dans les portefeuilles.

 

Les Etats-Unis perdent de la vitesse sur la devise mais pas sur les actions.Pour la première fois en un an, le 31 juillet dernier , le dollar est en perte de vitesse dans la compétition pour les rémunérations en espèces. Il est maintenant classé 3ème et dépassé par le Renminbi et le Yen. Malgré les révisions des bénéfices aux États-Unis, les États-Unis restent une zone attractive pour les investisseurs en actions. En termes relatifs, les États-Unis ne sont pas en perte de vitesse sur les actions, mais c’est peut-être le cas du côté des devises. Un dollar américain plus faible, du moins contre les devises asiatiques, normaliserait une situation qui ne s’était encore jamais produite au cours des 40 dernières années. L’anomalie était la domination d’une seule région sur les deux fronts concurrentiel, la trésorerie et le risque. Une telle domination pourrait bien être terminée.

 

La Fed pourrait intervenir avec davantage de mesures de relance monétairesi la chute des cours des actions américaines persistait ou si les anticipations d’inflation se détérioraient considérablement. Un tel mouvement serait probablement positif pour les actions américaines. La dernière promesse de Trump d’imposer des droits de douane de 10% sur 300 milliards de dollars de produits chinois est une modération de la position adoptée par le gouvernement américain avant juin. Les répercussions sur le secteur des entreprises aux États-Unis seront relativement modestes. Avec des anticipations d’inflation basses, la Fed peut encore assouplir sa politique.

 

À Hong Kong, les dirigeants chinois préféreront gagner du temps plutôt que

d’ intervenir

 

Le résultat le plus probable est que Hong Kong connaisse le même sort que Taiwan.  La protestation politique violente y est tolérée mais pas au détriment des entreprises. Conscients de l’importance internationale de la ville, les autorités de la partie continentale de Hong Kong sont plus souples à Hong Kong que sur leurs autres territoires. Entre une direction terne et un mouvement de protestation rudimentaire, Hong Kong peut encore fonctionner. Lors de sa toute première réunion d’information sur les affaires de Hong Kong, Beijing a réitéré son soutien au chef de la direction et à la police, aux prises avec des difficultés considérables. Après avoir réussi à forcer le gouvernement à suspendre le projet de loi sur l’extradition, Beijing espère que les manifestants vont perdre la sympathie du public, comme ce fut le cas en 2014. Sans une escalade de la violence, il est peu probable que Hong Kong connaisse des sorties massives de capitaux.

 

 

 

Le découplage des économies américano-chinois compte plus qu’un accord commercial

 

Les relations sino-américaines ont connu une révision fondamentale.Un consensus radical se dégage à Washington sur le fait que la Chine est un rival stratégique. L’intégration économique américano-chinoise est perçue comme un facteur négatif, mais l’économie américaine est également étroitement liée à la Chine, comme elle ne l’a jamais été avec ses deux rivaux de l’après-guerre, l’URSS et le Japon. Dans le même temps, les puissants intérêts économiques américains veulent conserver et élargir l’accès aux marchés chinois. Ce qui importe plus qu’un accord commercial entre les États-Unis et la Chine, c’est l’ampleur du découplage entre les deux économies. Le président américain a cédé aux menaces de tarifs qui pourraient impacter négativement l’économie lors de sa campagne de réélection. Si un accord est conclu, cela ne changera pas beaucoup la situation macroéconomique mondiale, car certains droits de douane resteront presque certainement, ainsi que les restrictions technologiques américaines.

 

Le reproche fait à la Chine de manipuler sa monnaiesemble curieux puisque les seules interventions de la Banque Centrale Chinoise au cours de la dernière année ont consisté à soutenir le renminbi. Si les droits de douane américains sont reportés, le renminbi devrait se stabiliser autour de 7,00 CNY par rapport au dollar américain. Donald Trump pourrait calculer que tout dommage résultant d’une guerre commerciale prolongée avec la Chine sera compensé par une réduction des taux d’intérêt par la Réserve fédérale. Beijing limitera si nécessaire la dépréciation supplémentaire du renminbi, réduisant ainsi le nombre de vendeurs à découvert sur le marché offshore.

 

Les monnaies asiatiques resteront sensibles à la faiblesse du renminbi. Les économies asiatiques ayant la plus forte participation étrangère sur les marchés obligataires locaux ont enregistré les plus fortes baisses de change. Les marchés obligataires locaux ont résisté à la sortie en raison du pouvoir d’achat des institutions nationales. Les devises asiatiques restent un amortisseur, les marchés obligataires en monnaie locale ont déjà pris des mesures pour atténuer les mouvements. Les actions asiatiques continueront de souffrir. Les investisseurs devraient se concentrer sur les obligations en dollars américains, les écarts de rendement se situant à des sommets cycliques.

 

Les rendements négatifs qui prévalent actuellement en Europe ont très peu de sens

 

Les données économiques de la zone euro se sont encore détériorées. Le stimulus monétaire ne peut plus à lui seul générer une accélération de la croissance. Les politiques de l’UE ont un fort biais déflationniste même si Bruxelles fait preuve de plus de flexibilité fiscale. Les mesures de relance budgétaire sont limitées et la résistance politique est redoutable dans le nord de l’Europe, en particulier en Allemagne, où le gouvernement actuel dispose d’une marge de manoeuvre considérable pour renforcer les mesures d’assouplissement budgétaire avec les règles existantes, mais refuse de le faire.

 

 

Combien de temps les investisseurs continueront-ils à payer les gouvernementseuropéens pour emprunter de l’argent? Tous les signes indiquent que l’Europe va continuer dans cette direction. Pourtant, l’euro s’est maintenu sur les marchés des changes, car les recettes du tourisme et des produits de luxe en Europe contribuent à soutenir l’euro. La résilience de l’euro est peut être le signe que l’économie européenne résiste. Si tel est le cas, les rendements négatifs qui prévalent actuellement en Europe n’ont guère de sens.

 

L’économie britannique est en meilleure forme qu’on ne le croit généralement

 

L’économie britannique se porte mieux que ce que l’on croit généralement. Le secteur manufacturier et les investissements ont été faibles. Cette faiblesse peut être attribuée bien évidemment aux incertitudes du Brexit. Le marché du travail britannique est à son plus haut depuis des décennies. Une demande saine des consommateurs compensera largement les faiblesses constatées ailleurs. Si Boris Johnson évite un Brexit trop dur, la combinaison de la force du consommateur et du rebond de l’investissement entraînera non pas une récession, mais une reprise de la croissance britannique au cours des prochains trimestres

 

Le moment de surpondérer les actifs financiers britanniques approche. Le taux de change de la livre sterling est en baisse et les commentateurs habituels disent que c’est une mauvaise nouvelle. Le transfert du consommateur britannique vers l’entrepreneur peut être cartographié en examinant le comportement de différents secteurs de l’économie britannique. La question est de savoir si la chute de la livre arrive à son terme. Un point d’achat a été atteint pour les obligations britanniques.

Boris Johnson et les conservateurs bénéficient d’un rebond significatif dans les sondages. Le problème auquel le nouveau premier ministre est confronté est celui de l’absence de majorité parlementaire.

 

La France fait preuve de résilience

 

L’Allemagne fait face à de graves vents contraires.Comme elle représente 29% du PIB de la zone euro, le rythme de la détérioration est tel qu’elle pourrait entrer en récession au second semestre. Même si la France semble plus résistante, les actions de la zone euro sont vulnérables.

 

La résilience industrielle en France, a finalement renversé la baisse de l’emploi industriel français en 17 ans. Les réformes structurelles du président Macron se poursuivent. La croissance de l’emploi dans le secteur privé a pris son envol. Les entreprises françaises ont bénéficié des achats de titres de la BCE.

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Partager sur

7 Commentaires

  1. Quid de la viabilite sur le long terme, du peg entre le HKD et l’USD? Celui-ci a été attaque par le passe (Soros), et quand bien meme la situation actuelle de Hong Kong n’amènerait pas une fuite massive de capitaux a court terme (voire), est-il soutenable a long terme qu’un territoire désormais totalement imbrique et dependant de l’économie chinoise applique la politique monétaire américaine? Surtout si les deux économies se déconnectent, ce qui est l’objectif politique de la présente administration américaine.

    Apres tout, le peg est la cause directe de l’immense bulle immobilière de Hong Kong. L’enorme stimulus économique chinois a partir de 2008 a entraine une arrivée massive de capitaux dans l’immobilier hong kongais. Une politique monétaire normale aurait amené a une hausse substantielle des taux d’intérêt locaux afin d’éviter une bulle, Or les autorités monétaires ont du appliquer exactement l’inverse puisque la Fed avait amené son taux a zero a cette période.

    Les troubles actuels de HK ont des racines au moins autant sociales et economiques que politiques, au premier rang desquelles la quasi impossibilité pour les jeunes d’accéder a la propriété.

    Donc, entre le fait d’être coince entre deux énormes economies divergentes, et de causer des troubles sociaux consequents, le peg peut-il survivre? D’autant qu’historiquement, aucun peg n’a jamais survecu sur le long terme.

    J’apprecierait beaucoup les lumières de Charles Gave, tant en sa qualité d’économiste que celle de quelqu’un qui a longtemps reside a HK.

    Merci d’avance.

    Répondre
  2. La croissance de l’emploi dans le secteur privé a pris son envol. Les entreprises françaises ont bénéficié des achats de titres de la BCE.

    C’est une plaisanterie?
    Les chiffres réels sont tellement mauvais que le ministère a décidé de ne plus les sortir mensuellement.

    Quant au cours des actions US, il est dû à l’intervention massive de la FED.

    Le chaos, c’est pour dans 6 mois.
    On y est bientôt…

    Répondre
  3. “L’économie britannique se porte mieux que ce que l’on croit généralement.”
    Ce que je constate, c’est qu’il tard est déjà très d et que l’économie mondiale est déjà au bord du gouffre:
    https://stats.oecd.org/Index.aspx?QueryName=350&QueryType=View&Lang=fr
    – Royaume-Uni T2: -0,2% de croissance
    – Allemagne T2: -0,1% de croissance
    – Italie T2: 0% de croissance (mais bon, eux ils n’étonnent plus personne depuis l’année dernière)
    – Allemagne T2: -0,1% de croissance
    – Suède T2: -0,1% de croissance
    – Union européenne (28 pays) T2: croissance divisée par 2

    La réalité est que la vision boursière, bien utile pourtant, ne permet pas de par sa volatilité d’anticiper des tendances de long-terme. Faire le détail des risques des années à venir est très long mais quand on voit l’impact de la faillite de Lehman Brother, 3 fois moins grand que la Deutsch Bank… On constate déjà que le système bancaire européen (et donc mondial) pourrait s’effondrer bien que l’hypothèse la plus probable étant qu’en cas de faillite, on aille plutôt soit vers une augmentation encore plus grande de la planche à billet, soit des prêts de gouvernements aux banques comme l’a fait le gouvernement américains en 2008.

    L’or explose, vous trouvez? Ces 20% depuis le début de l’année ne sont rien comparé à ce qui se passera quand les chiffres de croissance du T3 tomberont dans deux mois, et qu’après deux trimestre de croissance négative la récession sera annoncée par les grand médias… Et encore moins rien comparé à ce qui ce passera probablement en cas de panique bancaire (Bank Run) italiens ou allemands. Pour détourner la phrase d’un poilu dans Bataille de la Marne: La crise de vingt sera une rosée comparée au déluge que sera la dépression de 2020 (si elle n’arrive pas au T4 2019).
    Les 50% par an qu’à pris l’or entre 2009 et 2011 apparaitront comme pathétique par rapport aux gains que réaliseront les petits malins qui ont investis dans l’affreuse relique comme disait Keynes.
    Pour ceux qui veulent investir n’ayez crainte. La différence entre l’achat en magasin ayant pignon sur rue et le cours est de seulement 4,5%.
    Mais deux conseils:
    – Misez sur l’argent car il monte avec l’or mais décent beaucoup moins, pendant que l’or à monté de 3%, lui a monté de 9%
    – N’achetez surtout pas de petites pièces d’argent à 20€ car la marge est très grande: 26%. Logique plus vous achetez petit plus la marge est grosse, c’est l’expérience qui parle… Achetez des lingotins (ou lingots si vous réussissez économiquement autant que Charles).

    Un dernier conseil: frottez vous les mains une fois que vous aurez ces métaux chez vous, chaque connerie twitté par Trump fait bondir le cours de 2% (qui rechute souvent après, sauf pour l’argent)!

    Répondre
    • ON NE PEUT MIEUX DIRE…NI PLUS EXACT !!! J’APPROUVE TOTALEMENT et ne cesse de le dire depuis 2014 !!! Il serait “Judicieux” que Nous échangions Mieux en Detais Cher Vaik !!!

      AJOUTEZ MOI SUR Linkedin –> Olivier Dupasquier

      Au Plaisir de Communiquer avec Vous, et peut être Collaborer.

      Olivier

    • Merci, je vous ai joins sur Linkedin mais je n’ai pas de compte premium, pouviez vous me contacter. Mon profil n’a pas le même nom. Je ne souhaite l’afficher ici. Si jamais vous ne pouvez pas sur linkedin, j’ai un compte discord sur lequel vous pouvez m’ajouter: Vaik du 22. Un grand merci.

  4. “Les Etats-Unis perdent de la vitesse sur la devise” ?! Pas clair.
    De janvier 2018 à auj. le dollar index est passé de 89 à 99.

    “La résilience de l’euro est peut être le signe que l’économie européenne résiste” ! Contre quelle devise, le dollar, le franc suisse ou le yen?

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *