FavoriteLoadingAjouter aux favorisChers amis lecteurs de l’IDL

Le gouvernement a entrepris de lancer une grande campagne contre l’antisémitisme, à laquelle l’IDL, fidèle à ses valeurs, a décidé de se joindre.  Mais le sujet est trop important pour laisser place aux approximations dont cette campagne semble etre affligée.

Pour ce faire, nous avons décidé de republier un texte paru sur notre site le lundi 11 Janvier 2015, juste après les attentats mortels contre la rédaction de Charlie-Hebdo et l’Hyper-casher.

Dans le premier attentat, je perdis mon ami Bernard Maris avec qui j’avais fait toutes mes études à Toulouse. et j’avais fait part de ma douleur sur le site à l’époque en rappelant que nous avions crée ensemble l’équipe de rugby des Sciences-Eco qui avait défiée l’équipe des juristes et pris une solide raclée.

Bernard, qui jouait trois-quart centre alors que je jouais troisième ligne était l’un des rares gars que j’ai connu dans ma brève carrière de rugbyman  qui était capable de faire une passe sur un pas des deux cotes, ce qui me laissait éperdu d’admiration.

Sur l’économie, nous étions rarement d’accord, mais cela n’avait aucune importance.

Vous voudrez bien retrouver ci-dessous ce texte auquel je n’ai pas changé une virgule .

Si vous le pouvez, et compte tenu des temps troubles dans lesquels nous vivons, diffusez-le largement .

En tant que Catholique, je tiens a rappeler que d’après Jean-Paul II, l’antisémitisme est le pire des pêchés puisque c’est un pêché contre l’Esprit.

Islam et Nation Française : Sortir de l’émotion pour revenir à la raison

 « Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. »

Renan, Conférence à la Sorbonne Mars 1883.

De cette volonté de vivre ensemble procède l’émergence d’une Institution qui aura le monopole de la violence légitime et cette institution s’appelle l’Etat. L’Etat est donc le seul à pouvoir exercer de façon légale une action entrainant l’usage de la force, sauf bien entendu, en cas de légitime défense.

Dans l’Histoire, il y a eu de nombreux cas où cette volonté de vivre ensemble a disparu, une partie de la population voulant se constituer en Nation en se séparant de la Nation originale et, bien souvent, cette  volonté a entrainé une guerre civile ou une guerre de « Libération Nationale ».Alternativement, on a vu aussi un Etat légitime être capturé de façon violente, le pouvoir étatique étant ensuite exercé par la force contre une population qui voulait toujours vivre ensemble, mais pas avec cet Etat là.

Enfin, il est arrivé qu’une partie de la population refuse le « legs de souvenir » et n’accepte pas les principes fondamentaux qui permettent le vouloir vivre ensemble introduisant ainsi une situation de guerre civile larvée. Ce qui s’est passé cette semaine à Paris entre à l’évidence dans ce troisième cas.

Et ici, je ferai une première distinction entre les tueurs de Charlie Hebdo et le tueur de la supérette Casher.

Les tueurs de Charlie Hebdo opéraient en fonction de principes venant d’une autre civilisation. Ces principes sont en totale opposition à ceux qui sous-tendent notre volonté de vivre ensemble, mais ils ne sont pas incompréhensibles. J’y reviendrai.

La situation est totalement différente pour la seconde série de meurtres. Le tueur de la supérette a massacré des gens sans défense parce qu’ils étaient juifs et uniquement parce qu’ils étaient juifs.

Pour moi, cette seconde série de crimes est bien pire moralement que la première.

Quelque part, les gens de Charlie Hebdo avaient pris un risque, ils le savaient, ils sont morts au champ d’honneur comme l’a dit la compagne de Wolinski. Ils sont morts pour leurs idées. Rien de plus beau. Honneur à eux. La deuxième série de victimes a été exécutée froidement simplement parce qu’ils étaient juifs. Quelque part, je suis stupéfait que l’émotion semble se porter beaucoup plus sur les premières victimes que sur les secondes. Et j’ai du mal à comprendre. Pour moi, l’horreur de la seconde série d’exécutions rejoint le massacre dans l’école à Toulouse et j’ai honte. La première série de meurtres m’inspire de la colère, la deuxième de la honte et j’ai envie de demander pardon à tous les juifs de France.

Mais revenons à la première série d’assassinats.

« Le riche legs de souvenirs partagés en commun » auquel fait allusion Renan inclut un certain nombre de principes fondamentaux parmi lesquels la Laïcité et la Liberté d’expression. Sur cela, tout le monde est d’accord. Mais je voudrais faire une première remarque : personne n’a jamais remis en cause la liberté de publier ce qu’ils voulaient aux journalistes ou caricaturistes de Charlie Hebdo. Il y a quelques années, un certain nombre d’institutions censées représenter les Musulmans de France avaient porté plainte contre ce journal pour avoir publié des caricatures de Mahomet et avaient été déboutées. La protection physique de ces journalistes n’a pas été assurée, mais leur liberté d’expression a toujours été totale.

Le cas Charlie Hebdo est donc complètement différent des meurtres de la supérette.

Les journalistes ont été assassinés, non pas au hasard en fonction de leur appartenance ethnique mais en application d’une autre Loi, celle-là, de nature religieuse.

Dans le Coran, il semble bien en effet que le Prophète intime aux croyants l’ordre de tuer tous ceux qui diraient du mal ou se moqueraient de Dieu, du Livre sacré ou du Prophète.

En termes simples, ces assassinats seraient donc parfaitement en accord avec l’enseignement du Prophète.  En tout cas, c’est bien ce que croyait les assassins puisqu’ils ont dit en sortant des locaux de Charlie Hebdo : « Nous avons vengé le Prophète ».

Et les condamnations venant du monde musulman sont plutôt embarrassées sur ce point. Après tout, les tueurs n’auraient rien fait d’autre que suivre la volonté de leur Prophète. Nous sommes donc bien en face d’un cas totalement différent.

Les tueurs ne partageaient en rien le legs constitutif de l’âme française mais partageaient un autre legs, ou du moins le croyaient ils, celui constitutif de l’âme musulmane.

Si tel est le cas, il parait normal de se poser un certain nombre de questions.

La première, et la plus importante est simple : l’Islam est-il compatible avec nos valeurs démocratiques ?  Poser cette question serait être raciste. Voilà une contre vérité considérable. Une religion n’est pas de l’ordre de la nature, mais de l’ordre de la pensée. J’ai donc parfaitement le droit de penser que la religion musulmane n’est pas soluble dans une démocratie et de clamer haut et fort que je refuse les valeurs que cette religion véhicule. Si tel est le cas, être « islamophobe » n’est pas un crime, mais un devoir pour tout individu attaché aux Lumières.

M’interdire de le penser ou de le dire serait une considérable atteinte à ma Liberté de penser et de m’exprimer.  C’est en tout cas ce que pensait Ellul, l’un des grands penseurs du siècle dernier pour qui Démocratie et Religion Musulmane étaient simplement incompatibles. Être contre le fascisme, le nazisme ou le communisme n’a rien à voir avec le racisme et tout à voir avec des idées inacceptables pour un partisan des Lumières. Il en est de même pour ceux qui sont accusés d’Islamophobie. Chacun a le droit d’être islamophobe comme chacun a le droit d’être contre le fascisme, le communisme ou la théocratie tant que son opposition s’exerce de façon légale.

C’est une question à laquelle nous ne pouvons pas répondre en Occident et à laquelle seuls les musulmans peuvent répondre.

Peuvent -ils changer une ligne du Coran ou en changer l’interprétation ?  Voilà qui parait difficile. L’ancien et le nouveau testament ont été écrits par des hommes, inspirés ou non par Dieu. Des hommes peuvent se tromper et donc il est possible d’interpréter différemment à différentes époques le même texte.

Le Coran a été écrit par Mahomet sous la dictée de Dieu, par l’intermédiaire d’un archange, et il est supposé être incréé et éternel.

Voilà qui rend tout changement, toute altération difficile, voire impossible.

De plus, et toujours d’après le Coran, si un Musulman est dans un pays non gouverné par la sharia, il doit soit essayer de changer le gouvernement pour qu’il applique la sharia, soit quitter le pays.  Les assassins auraient pu quitter la France, nul ne les en empêchait. Ils ont choisi de tuer et c’est là que l’on retrouve leur responsabilité individuelle.

Ces hommes, ces femmes, ont été élevés dans les écoles de la République.

Où ont-ils appris ces notions et qui leur a appris à haïr notre façon de penser, voilà qui devrait intéresser les autorités. Il faut, et de toute urgence comprendre comment ces idées se sont diffusées et empêcher leur propagation. Comme les idées religieuses se diffusent en général dans les lieux de culte, tous les prêches dans les mosquées devraient avoir lieu en Français et uniquement en Français. Ce serait une mesure facile à mettre en application.

En fait, le peuple Français n’a aucun problème avec les Musulmans dans la mesure où ils respectent les lois républicaines. Par contre, il semble bien qu’une partie des Musulmans en Grande Bretagne, en France, en Allemagne aient des difficultés avec nos principes laïcs excluant la religion du domaine public et qu’ils veulent changer cet état de choses.

Je comprends que certains pensent cela.

Après tout, nous avons bien encore chez nous des partisans de la Royauté ou des admirateurs de Staline ou des Marxistes impénitents. Chacun a le droit d’être idiot. C’est un principe républicain fondamental.

Mais nul n’a le droit d’utiliser la violence, sauf l’Etat.

Qu’ils forment des partis, qu’ils se présentent aux élections et qu’ils proposent comme programme de changer les principes constitutifs de nos sociétés, voilà qui serait acceptable.

Essayer de nous faire changer par la terreur n’est simplement pas envisageable.

Si ce drame fait prendre conscience à la majorité Musulmane, chez nous ou ailleurs, qu’ils ont un problème, alors on peut -être espérer qu’il n’aura pas été inutile.

Si en plus il permet au reste de la population de discuter calmement de la meilleure façon de traiter ce qui est à l’évidence un problème, alors nous aurons vraiment progressé.

 

 

Charles Gave

Le 11 Janvier 2015

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

28 Commentaires

  1. Bonjour Monsieur Gave,

    Vous êtes actuellement au cœur d’une polémique par journaux interposés, ainsi que votre fille. Que comptez-vous faire ?

    Amicalement.

    Répondre
  2. Mr Gave applique le spectre d’analyse occicental et liberal a des société qui ne le sont pas

    L’islam seculaire est un mythe et toutes les sociétés musulmanes actuelles sont touchée par une vague fondamentaliste (vision rigoriste), bien sur propagée par les monarchies absolutistes et féodales du golfe par satellite, financement de mosquées, d’organisations
    Au fait savez vous que le qatar (proche des freres musulmans fondamentalistes) finance les mouvements LGBT en europe ?
    La lacheté des polticiens depasse l’entendement mais les petrodollars achetent tout et surtout la dette francaise ou la camelote militaire francaise dont personne d’autre ne veut.

    Le probleme avec les juifs depasse le probleme de l’islam, vous touchez aussi au nationalisme panarabe opposé a l’etat d’israel (qu’ils n’ont jamais reconnu et souvent combattu). La discintion antisionisme et antisionisme est pas tres claire pour des raisons évidentes
    La plupart des pays arabes ont expulsé leurs minorité juives, meme l’algerie.

    Par conre paradoxalement l’islam rigoriste wahabi entretient de bonnes relations avec Israel, achat de materiel militaire comme les drones, certains avions saoudiens sont entretenus en Israel. Les miliciens de Daesh etaient soignés en Israel

    De plus l’islam n’a jamais cotoyé d’autres cultures pacifiquement dans l’histoire, c’est plutôt l’exception que la regle. le dhimmi a un sous-statut en terre d’islam et est discriminé officiellement
    Dans tout société ou l’islam cohabite avec d’autres cultures il y a conflit y compris violent, meme des sociétés pacifiques. acuellement en asie idem : thailande, philippines (Jolo etc), birmanie, indonesie (moluques) etc

    Byzance a ete en conflit avec le monde musulman pendant des siecles, pourtant les caravanes de biens passaient toujours. un peu la situation actuelle entre le monde occidental et le monde arabe actuellement non ?

    Répondre
  3. Je trouve regrettable que IDL se joigne à cette pantomime montée par le PS et LREM dont le seul but est de faire remonter la popularité de certains politiques pendant que les vrais problèmes sont occultés. Faites ce que vous savez le mieux faire, décoder les problèmes économiques et défendre les valeurs du libéralisme et laissez les manoeuvres politocardes aux spécialistes.Bonne chance!!

    Répondre
  4. Les personnes de religion juive sont comme les canaris dans les mines de charbon… nous sommes les prochains… et le pire, c’est que nous le savons parfaitement… et que faisons nous ???

    Répondre
  5. Personne ne semble avoir remarqué l’attaque sordide dont a fait l’objet Charles Gave (et sa fille) cette semaine. Notamment par le Figaro, l’AFP et BFM TV.

    Un article immonde, l’accusant implicitement d’antisémitisme. Bref, une attaque grossière et mal préparée au regard de tout ce que Charles Gave a écrit ou dit. Le but est de salir la liste Dupont-Aignan aux européennes.

    Nous évoluons dans un climat délétère qui n’est que la conséquence de 50 ans d’erreurs en tout : culture, civilisation, économie, immigration, émigration, éducation, valeurs…

    Et nous voilà maintenant en état d’illégalité publique avec un débat national qui n’a pas lieu d’être, qui ne doit pas se substituer au forum constitutionnel de notre démocratie que sont les élections et la représentation nationale.

    Monsieur Gave, courage à vous.

    Répondre
  6. « C’est un même écoulement depuis l’origine » dit Hélène Berr dans son journal.
    « La Shoah, Golgotha du monde moderne » selon la formule de Jean-Paul II.
    Ayant crucifié Jésus, ils firent de lui un dieu, persécutèrent en son nom, traitèrent de déicides ceux qui s’opposaient à son culte.
    Ayant exterminé le peuple juif, ils font de lui un peuple-dieu, persécutent en son nom, nomment génocide ou crime contre l’humanité la violence d’en-face, assimilent à la peste ceux qui refusent son culte.
    La marche contre l’antisémitisme du 19 févier est un rituel néo-religieux participant à la nouvelle liturgie. Je n’y suis pas allé.
    Le shohisme après le christianisme, mais où est passé l’amour du prochain qu’enseignent pourtant la Torah autant que l’Evangile ?
    Sortons de ce perpétuel recommencement.

    Répondre
  7. Dés que le mouvement des gilets jaunes s’est avéré coriace les divers représentants du gouvernement ont commencé à jouer la petite musique de l’anti-sémitisme en mode petite flute ;vient le moment de faire donner les cuivres et le gros trombone (d’ailleurs Hollande ressort en expert de ce genre de fanfare).pas sûr que cela fasse toujours autant recette!

    Répondre
  8. @Messieurs les Bardamu , Monod-Broca ( Bardamu pacifiste ) , Alexandre ( Bardamu roué , manipulateur ) , Calal ( Bardamu abject statisticien ) , la veulerie de vos prétextes , pour ne pas regarder en face la thése de Charles Gave , vous met ” Au Pilori ” , si j’ose dire . Ce qui vous hérisse , c’ est que l’on doive à nouveau mettre les points sur les i a propos de la haine anti-juive en 2019 , après des meurtres à répétition depuis 2012 , visant les juifs français . Mais rassurez-vous, il y a foison de Bardamu , vous n’ etes pas seuls à exprimer cette lacheté .
    Quand Mme Sarah Halimi a été attaquée chez elle en 2017 , rouée de coups durant une heure , puis défenestrée , les policiers de la BAC attendaient en bas de sa cour de recevoir des instructions. Le Bardamu de la Préfecture de Police , n’ avait pas assimilé les leçons du Bataclan …La Presse a couvert d’un silence assourdissant cette ” DYSFONCTION ”
    Quand les deux policiers de la BAC 94 ont compris ce qui se passait au Bataclan en novembre 2015 , ils ont demandé aux huit militaires de la patrouille ” sentinelle ” de les suivre à l’ assaut des tueurs . Refus des militaires . Les policiers de la BAC ont contacté la Préfecture de Police, , le Ministére de l’Intèrieur : Refus d’ intervenir , telle a été la réponse de la hiérarchie . Les policiers de la BAC ont demandé aux militaires de leur confier leur FAMAS. Refus des militaires . Donc deux policiers , armés de leur seul courage et de fusils a pompe sont rentrès et ont réussi a tuer l’ un des assassins . Puis le RAID est arrivé , et après deux heures vingt de combat , la tuerie a cessé .
    La commission d’ enquete parlementaire de Georges Fenech , s’ est vu opposé un refus de répondre de MMrs Le Drian – Cazenave – Hollande – Cadot prèfet de Police .
    Les familles des victimes ont porté plainte au tribunal administratif pour non-assistance a personne en danger .Elles ont été débouté . Les Bardamu de la haute politique sont bien couverts . La ” Dysfonction ” en haut lieu ne sera pas sanctionné et encore moins la trouille , l’ obéissance bien commode des militaires de la patrouille ” sentinelle ” . ” Dysfonction ” n’ est ce pas mal nommer les choses ?
    Voyez-vous messieurs les Bardamu , cela n’ arrive pas qu’aux juifs , aux homosexuels et autres sub-specie doloris , d’ etre doublement victimes , de la haine et aussi de la lachetè . Votre lacheté loge aussi tout en haut de l’ Etat . Nul des 4 responsables politiques- Administratifs ne veut porter le chapeau . Cela vous rassure -t’il ?
    Pensez-y la prochaine fois qu’un de vos proches se rendra à un concert, ou au supermarché ( pas celui cacher, attention ! ).
    Au fond il y a deux sortes d’ individus , les Bardamu , et Arnaud Beltrame.
    Le capitaine Beltrame lui, vous a effacé , vous les Bardamu .

    Répondre
    • Arnaud Beltrame,lieutenant colonel qui allait se marier et qui etait la fierte de sa famille,a echange sa vie en MARS 2018 contre celle d’une femme caissiere divorcee face a un vulgaire dealer issue des banlieues et la honte de sa famille.

      DECEMBRE 2018: signature du traite de marrakech et premiers gilets jaunes envoyes dans le coma par des tirs a 20m de LBD dans la tete.

      “Le capitaine Beltrame lui, vous a effacé , vous les Bardamu .”
      J’en ris pour ne pas en pleurer,le rire etant la politesse du desespoir.

    • @Philippe,

      Cher Monsieur, je n’ai pas compris votre propos.

      Est-ce que vous vous adressiez à moi-même lorsque vous évoquez un “Alexandre ( Bardamu roué , manipulateur )” ?

      Faites-vous référence à Ferdinand Bardamu ? N’étant pas familier de cette littérature et n’ayant pas avant les vacances d’été le temps de lire des textes littéraires, pourriez-vous me préciser votre pensée ?

  9. Bonsoir

    “C’est vrai que ce monde, le nôtre, est un monde d’insécurité extraordinaire. Et que l’insécurité est un moyen de maintenir les gens sous la botte…la grande force de la mondialisation c’est de créer de plus en plus d’insécurité, et donc de faire que nous sommes des gens peureux, et les gens peureux sont des gens faibles, hélas’
    Bernard Maris
    https://www.ina.fr/video/I15007808

    Bon résumé de comment fonctionnent nos démocraties, les gilets jaunes comprennent maintenant, reste les autres…

    Répondre
  10. Je suis d’accord avec vous pour plusieurs raisons.

    – Lorsqu’on vit dans un pays on doit se plier aux lois, ou les changer par la voie légale, ou quitter le pays… ou être contraint par la force à appliquer la première ou dernière option.

    – Ceux qu’on qualifie de “musulmans” en France ne sont en réalité et dans une grande majorité que des ignorants. Ignorants de leur religion, qui ne peut être appréhendée que via l’arabe classique. Ignorants des lois du pays. Ignorants de l’histoire et de la culture de la France. Non que je veuille les déresponsabiliser, mais plutôt dire qu’on a, à faire à des ânes qu’à des citoyens conscients.

    – Il est vrai qu’ils sont passés par l’école de la République. Seulement l’école ne peut pas régler tous les problèmes à elle seule. Surtout que l’éducation nationale n’est plus ce qu’elle était dans le passé. Mais il est vrai tout de même que nous devrions avoir à faire à des gens instruits.

    – Le peuple français n’a aucun problème avec les Musulmans. C’est vrai, si l’on s’intéresse à la majorité. La France est un pays accueillant et tolérant, malgré ce qu’on peut croire.

    J’aurais une remarque à faire: je penses que le problème est d’avantage culturel que religieux. Beaucoup se parent de l’habit religieux pour justifier certains comportements ou certains actes. Ils emploient la religion à usage identitaire alors même que leur connaissance de la religion est proche de 0. Car sans un minimum d’érudition et d’esprit critique, sans avoir suivi des cours religieux de qualité, il est impossible de se présenter comme porte parole d’une religion aussi complexe que l’Islam.

    Je penses donc que c’est culturel, un problème spécifique aux maghrébins. Car n’oubliez pas qu’il y a des musulmans en Asie, avec donc une culture autre que la culture maghrébine. Les rapports sont alors beaucoup moins conflictuels. Je ne suis pas anthropologue donc mon analyse s’arrête là, mais je suis curieux de comprendre pourquoi tant de problèmes avec cette communauté en particulier.

    Répondre
  11. «  Ils ont choisi de tuer et c’est là que l’on retrouve leur responsabilité individuelle. »

    Oui certes. Mais nous aussi nous choisissons de tuer quand ça nous plait, parce que telles ou telles personnes nous déplaisent : en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Serbie aussi, nous en avons tué du monde, coupables et innocents mêlés, dont beaucoup de musulmans. Ce n’était tout de même pas de la légitime défense !

    Nous avons aboli la peine de mort alors, l’âme en paix, fiers de nous, nous tuons.

    C’est bien joli de montrer du doigt la paille dans l’œil du voisin…

    Répondre
    • Admirable (de non-sens, pour ne pas dire d’idiotie) votre remarque!
      Comme si faire la guerre et la peine de mort était la même problématique;
      Et d’abord, moi je n’ai pas décidé de faire la guerre en Afghanistan ou en Lybie ou même en Syrie; c’est notre représentant national, le président, sans même un avis du parlement, autre représentation, qui a décidé cela! Savoureux dans un temps où les GJ réclament le RIP!
      Mais même si la peine de mort existait encore comme c’est le cas aux USA, en Russie ou en Chine, la guerre dans les contrées que vous citez, aurait-elle été justifiée?
      Et si un jour on (la France) devait être attaquée, comme au Bataclan, faudrait-il ne pas se défendre et donc éventuellement tuer, sous prétexte que nous n’avons plus la peine de mort?
      Faudrait peut-être enlever la poutre dans votre œil qui vous empêche de penser logiquement!

  12. Oui bien sûr! Votre analyse est remarquable et on ne peut qu’y adhérer. Mais il y a un point de vue qui interpelle. Vous dites “Être contre le fascisme, le nazisme ou le communisme n’a rien à voir avec le racisme et tout à voir avec des idées inacceptables pour un partisan des Lumières.”
    Vu le génocide juif auquel Hitler s’est consacré, peut-on dire que le nazisme n’est pas aussi du racisme ? C’est du racisme dans ce que l’humain a de plus d’inhumain. La barbarie, l’horreur absolue.

    Répondre
  13. Bonsoir,

    Mes amis juifs, inscrit dans leurs chairs, cette souffrance de la Shoah, sont à leurs corps défendant le thermomètre de cette société française malade.
    Ces français tels des lucioles affolés par un beau soir d’été iraient frapper les miroirs de leurs passés et de leurs futurs, pour implorer l’espoir d’un vivre ensemble.
    Cette passivité criminelle, à notre devoir de protection, conduira la France vers sa déchéance.
    Comme beaucoup de français catholiques j’ai des membre de ma famille qui sont juifs, et cet apport fut des plus somptueux du cœur et de l’humanité.
    Prenons garde de ne pas comprendre qu’ils sont notre rempart face à l’islam car les plus exposés.

    J’irai à nouveau à la synagogue prié avec eux.

    Que Dieu aie pitié.

    Jean SEGUR

    Répondre
  14. Trois ans après, je relis cet article et vous trouve toujours impeccable.
    Les livres de Jacqueline Chabbi sont également très intéressants …

    Répondre
  15. Tout cela est insupportable.

    L’instrumentalisation politique de l’antisémitisme par le “camp du bien” autant que par les groupuscules fascistes et racistes que sont le CRIF et la LICRA, est ce qui précisément cause de l’antisémitisme.

    Ce “petit théâtre de la fascisation”, depuis que Monsieur Macron opérait une récupération ignominieuse des crimes de la Shoah et de la seconde guerre mondiale par deux fois à Oradour-sur-Glane pendant la campagne présidentielle, est en partie ce qui cause l’insurrection jaune, qui, en cela qu’elle fracasse cet artificiel et moraliste “mur de Berlin de la protection antifasciste”, ne fait que débuter.

    Le parti socialiste fut défait dans les urnes, mais il gouverne encore les esprits de tous les Parlementaires.

    Et une marche contre l’antisémitisme à l’appel du Parti Socialiste, une de plus..

    Ce n’est pas l’antisémitisme qui est dénoncé par cette marche contre l’antisémitisme, mais c’est au prétexte de dénoncer l’antisémitisme, une marche de défense de l’omerta “progressiste”.

    “Si vous n’adhérez pas à nos idées progressistes alors vous serez accusés d’antisémitisme”, nous disent le parti Socialiste, le CRIF et la LICRA. C’est cela, c’est ce “petit théâtre de la fascisation” qui cause de l’antisémitisme.

    Alors, si des “gilets jaunes”, y compris des juifs parmi les “gilets jaunes” usent d’une symbolique antisémite, c’est souvent moins par antisémitisme que pour justement dénoncer ce “petit théâtre de la fascisation” et l’instrumentalisation politique de l’antisémitisme comme du judaisme par le CRIF et la LICRA.

    De Gaulle aurait par exemple tôt fait de dissoudre le CRIF, la LICRA, le CFCM, l’HALDE, le MRAP, le CRAN, SOS Racisme.. et autres groupuscules fascistes du même type qui font commerce du racisme, de l’antisémitisme et de la haine au profit politique du “camp du bien”, pour créer l’omerta contre ceux qui n’adhèrent pas à ce camp.

    En se soumettant une nouvelle fois à l’injonction du parti socialiste, tous les partis politiques de ce Parlement démontrent ainsi à quelle omerta ils se soumettent, pour qui ils travaillent sociologiquement et leur antirépublicanisme.

    Ils sont comme les marxistes qui étaient présents du mauvais côté du Mur de Berlin, ils pratiquent l’anathème, “si tu es en désaccord avec moi alors tu es fasciste” disent-ils et ce Mur de Berlin se nommait “mur de protection antifasciste”.

    Ainsi il est valable d’égorger un prêtre catholique à Saint-Etienne-du-Rouvray, de profaner et de vandaliser des églises à Dijon, Nîme, dans le Tarne et dans les Yvelines, de commettre un coup d’Etat au Vatican, de menacer de mort les apostats à l’islam tels que [autocensure] que l’on attend sans protection en France de voir crever, de commettre la fatwa contre tous, de pratiquer avec la complicité des hôpitaux publics des mutilations rituelles du sexe des jeunes garçons (circoncision) ou clandestinement des jeunes filles (excision) lors d’immenses fêtes de quartiers, de pratiquer des tortures rituelles sans cause ni nécessité économique sur les animaux (alimentation casher et halal), de violer des femmes blanches dans les caves du fait “de leurs manières”, de violer des femmes arabes ou noires dans les caves pour les punir de vouloir vivre “à la française”, de “buter du flic” dans les caniveaux ou à leurs domiciles au nom de la lutte anticoloniale et de la lutte contre le racisme congénital “des blancs”, de qualifier les français de “sous-chiens” pires que des chiens (Houria Bouteldja) selon les mêmes prétextes victimaires promus par la République Française, de qualifier “les blancs” au prétexte de Donald Trump de “stupides, menteurs, corrompus, qui harcèlent les femmes” (Nell Irvin Painter dans l’émission “le quotidien”) et de commettre le crime ainsi que les mutilations d’yeux ou de membres des légitimes manifestants “gilets jaunes”, mais lorsqu’un “quelconque” tag antisémite est inscrit sur une boutique à Paris, que le portrait “sacré” de Simone Veil est lui-même “banalement” griffonné d’une croix gammée ou qu’un arbre planté en l’honneur d’Ilan Halimi est coupé, alors pour la République comme d’un seul Homme meurtri, c’est toute la République qui serait en danger !

    Un juif aurait-il ainsi pour la République Française plus de valeur qu’un non-juif ou est-ce que cette indignité sélective de la République Française accrédite justement la thèse qu’il existe un tropisme de la République Française dans la défense des juifs et le fait ainsi, que tous les citoyens ne sont pas égaux ni devant la loi, ni pour le bénéfice de la compassion d’une classe politique républicaine ainsi devenue antirépublicaine ?

    Organisons une marche pour toutes les victimes de l’infantilisme humain, car le crime est toujours un infantilisme, organisons une marche blanche pour toutes les victimes du terrorisme.. mais dans ce contexte politique d’une fascisation de la République Française et de sa compromission avec des groupuscules fascistes et racistes qui se drapent dans les oripeaux de la lutte contre l’antisémitisme pour assassiner nos libertés publiques inaliénables, participer à cette marche Républicaine contre l’antisémitisme ne serait qu’une collaboration coupable avec les fascistes et cette “extrême-droite” qui sont ainsi au pouvoir.

    Répondre
    • Presque complètement d’accord avec ce commentaire (presque, parce que par exemple le casher et le halal, si les rituels sont vraiment bien respectés, ont pour principe de minimiser la souffrance animale -> trancher la carotide provoque un évanouissement très rapide, en quelques secondes ; les vétérinaires qui se sont penchés sur le sujet trouvent difficile de déterminer quelle méthode est la moins douloureuse ou la plus efficace, il peut par exemple y avoir des couacs avec les pistolets d’abattage, bref, tuer proprement sans passer par une piqûre reste compliqué).

      Mais je vous rejoins sur le concours de victimisation étouffant, sur le sectarisme de la bien-pensance, sur le fait que le joker antisémite, raciste, heures sombres & co, a plutôt tendance à être contreproductif.

      D’ailleurs, cet article me gêne parce qu’il défend l’idée selon laquelle le meurtre d’une personne en raison de ses propos serait moins choquant que celui d’une personne en raison de son appartenance ethnique ou religieuse.
      Pour aller au bout de mon point de vue, je trouve aberrant que l’on puisse défendre la thèse selon laquelle il serait plus grave de tuer quelqu’un par haine que par amour. Non seulement le motif n’a aucune importance, mais en plus il est invérifiable (fait-on rentrer dans les statistiques des “crimes de haine” quiconque n’étant ni blanc ni chrétien ni athée ? Avec ce type de raisonnement on arrive à des conceptions délirantes comme celle du “féminicide” présent dans le dernier rapport de l’équipe Schiappa).
      En somme il ne devrait en aucun cas être risqué de faire des blagues ni d’être juif, mais il ne devrait certainement pas non plus exister de balance imaginaire dans laquelle un cas est plus grave ou plus choquant que l’autre ! Comment ne pas en venir à se dire qu’il y a deux poids deux mesures autrement ? C’est casse-gueule, tout simplement.

      De plus cet article revendique le droit d’être islamophobe sans être taxé de racisme. Sans doute devrait-on également pouvoir revendiquer un antijudaïsme, or il serait directement qualifié d’antisémitisme, et tout cela parce que dans les deux cas des associations victimaires montent au créneau. La logique chrétienne qui sacralise la victime de l’histoire n’est pas pour rien dans ce marasme idéologique moderne. Dans ce contexte notre laïcité a quelque chose d’hypocrite.

      Soyons rigoureux, toutes nos religions monothéistes, malgré leur poésie et leurs belles valeurs, sont misogynes, intolérantes et autoritaires.
      Nous avons écarté le christianisme de la politique et de la sphère publique (les racines restent mais il n’en est plus la sève), et nous devrions pouvoir être tout aussi fermes avec le judaïsme et l’islam.
      Leurs crêpages de chignon communautaires n’ont rien à faire chez nous, et si un type tel que Soral (partie prenante des musulmans, et atteint d’un trouble obsessionnel compulsif pour les juifs) est interdit d’antenne, cela devrait aussi être le cas d’un BHL (partie prenante de la politique israélienne, y compris dans ce qu’elle peut avoir de douteux et de dictatorial, participant activement à l’interdiction morale et bientôt légale de critiquer la politique de l’état d’Israël, et atteint d’un toc miroir à celui de Soral pour l’antisémitisme). Sans cet équilibre, non seulement l’antisémitisme perdurera et s’aggravera, mais en plus le recadrage et la fermeté vis-à-vis de la communauté musulmane (considérable en France), qui deviennent urgents et nécessaires, ne passeront jamais.
      Au passage, la pilule padamalgame saoule tout le monde et ne résout rien ; faire la morale à tout le monde sur ce qu’il ne faut pas penser au point d’en oublier et les victimes et les coupables, c’est tout de même une attitude hallucinante.

      Soit nous continuons de juger les victimes et les bourreaux en fonction de leurs origines ethniques et de leur religion, et assumons les conséquences communautaristes de plus en plus lourdes qui iront avec, soit nous passons réellement à la laïcité, cessons de prétendre que le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie sont les causes de nos problèmes ou encore que ces problèmes sont prioritaires, arrêtons d’en parler constamment et ne laissons plus les religieux s’emparer du débat. Parce que si l’on admet que c’est la religion le fond du problème, j’ai des solutions très radicales et très simples, qui n’en seront pas moins liberticides que l’interdiction d’être raciste ou antisémite.

      En tant qu’athée, j’en ai vraiment par dessus la tête de la religion et du communautarisme, presque plus encore que de la bêtise ambiante (c’est dire), et j’aimerais juste que l’on fixe des lois claires une bonne fois pour toute sur ce qui est acceptable ou non, lois que l’on applique réellement, et qu’on nous foute enfin la paix avec ça.
      Je n’ai pas de raisons de trouver plus grave ou plus choquant qu’un juif ou qu’un musulman ou qu’une femme ou qu’un journaliste ou que n’importe qui meure PEU IMPORTE LA RAISON, soit nous sommes tous dans le même bateau soit je n’ai aucune raison d’être solidaire avec qui que ce soit, être français n’est pas une sous-catégorie, ce sont les communautés les sous-catégories, et nous n’avons à être solidaires que des autres citoyens français, peu importe à quelle sous-catégorie ils appartiennent.
      C’est cela la laïcité, sinon ce n’est que de l’hypocrisie avec un parti pris, assumé ou non.

      Sans haine mais avec irritation,
      bonne journée plus légère que mon pavé à quiconque aurait pris le temps de lire ce commentaire.

  16. Pour un Chrétien, être antisémite c’est l’être contre le Juif Jésus.

    Répondre
  17. Davantage que l’antisémitisle, ne faut-il pas déplorer l’instrumentalisation qui en est faite, y compris en éludant des chiffres publiés? En effet la hausse des actes antisémites 2017/2018 ne signife rien sur le long terme? il y en a eu 33% de plus en 2015, et 40% de plus en 2014…
    De plus d’après les chiffres des différentes violences, publiées par le ministère de l’Intérieur, les actes antisémites sont proportionnellement beaucoup moins nombreux que dans la population générale.
    Donc, on est fondé à se demander: pourquoi cette instrumentalisation dont l’effet le plus sûr est de diviser les Français? Et pourquoi maintenant? Pourquoi aucune de nos grandes consciences n’ose dire que les violences contre les juifs sont le fait de musulmans dans leur très grande majorité? Pourquoi tous ces non-dits?

    Répondre
  18. Tout à fait.
    Des attentats, de l’incivilité, et des discours victimisant.
    Bref, la stratégie des coupeurs de têtes et celle des coupeurs de langues…

    Devant la quelle nos chers dirigeants se couchent allègrement par soumission, quête pour le pouvoir, voire les deux.

    Israël a bien compris et ne se laisse pas culpabiliser. Ils savent très bien que les gars d’en face (Frères Musulmans) prône l’Amour, la Tolérance, la Paix, lorsqu’on leur oppose de la résistance.
    D’ailleurs ces crétins pathologiques ne se soumettent qu’à deux choses : l’islam et ceux qui leur mettent une branlée. Le président égyptien avec tous ses défauts n’a pas chercher à faire de raccourcis.

    Comme disait Bismarck : “La diplomatie sans les armes, c’est comme la musique sans les instruments.” on écoute pas longtemps.
    Et Al Capone a perfectionné le système en disant “On obtient plus en demandant poliment l’arme à la main qu’en demandant juste poliment.”

    Et pourtant, peu de gens le savent mais interdire l’islam serait d’une facilité biblique !

    J’ai bien envie de détailler le procédé d’ailleurs. Mais j’ai un doute quant à la bonne idée de le faire ici…

    Répondre
  19. 100% d’accord avec votre analyse mais une petite précision. Vous écrivez : “Le Coran a été écrit par Mahomet”. En réalité, la plupart des gens de l’époque ne sachant ni lire ni écrire, le coran a été écrit par des hommes qui ont écrit que des disciples de Mahomet leur avaient dit que celui-ci leur avait dit que l’Archange Gabriel lui avait dit que Dieu avait dit…Simple non?

    Répondre
  20. Mal nommer les choses …
    “La république est compatible avec l’Islam…” un président socialiste.

    Répondre
  21. Les juifs c’est 1% de la population.
    Les homosexuels c’est 1% de la population.
    La situation en france en 2019 est telle qu’il n’y a pas plus urgent que de s’occuper des problemes specifiques a ces communautes?D’ailleurs, les decisions et les actions prises dans les jours qui vont suivre vont elles changer quelque chose? L’annee prochaine ne va t -on pas entendre la meme chanson?
    Tout cela se resume en deux phases:
    -mettre un arbre en avant pour cacher la foret
    -diviser pour mieux regner.

    Répondre
    • Se battre contre l’antisemitisme, n’est pas juste se battre pour les 1% des juifs de France, mais se battre pour les fondations de notre système de valeurs.

    • l’antisemitisme ca doit dater de nabuchodonosor quand il a detruit le temple de jerusalem.Vite une loi et une manif pour qu’en 2020 cela n’existe plus…
      Plus que trois manifs supplementaires quelconques et les 3 lois afferentes et on aura le paradis sur terre…MDR.

      Je n’irai pas mourir en Iran.

  22. Merci de ce rappel, parfaitement d’actualité dans la situation présente… Je dois dire que la passivité d’une majorité de Français devant les événements de ces dernières semaines m’inquiète et ne me paraît pas de bonne augure pour l’avenir.

    Répondre

Répondre à calal Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *