FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_print

 

Comme chaque année, l’Institut des Libertés va interrompre ses publications de la mi-Juillet au début de Septembre, ce qui suffira à peine à recharger les petites cellules grises qui me servent de cerveau. Et comme je suis le plus vieux dans l’équipe, c’est chez moi que cela prend le plus de temps. Il faut au moins six semaines pour arriver à un résultat raisonnable

Bref, me voilà à nouveau en Avignon, un chien à mes pieds, un verre de Châteauneuf du Pape blanc à la main, un cigare à la bouche, en train de réfléchir à la façon dont l’Institut des Libertés pourrait se rendre un peu plus utile dans l’année qui arrive que dans le passé.

Rien n’est décidé, mais voici mes pistes de réflexion.

Partons d’une constatation tout à fait évidente : nous vivons une période historique de recul de l’intelligence, comme notre pays en a très peu compté dans son histoire et cela vient de la confusion mortelle entre le crime et le péché, qui avait disparu depuis Abélard.

Je me permets de citer des extraits en Italiques d’un article que j’avais publié il y a sept ans.

Abélard (1079- 1142) est resté dans l’histoire un peu pour les mauvaises raisons, ses amours avec la belle et savante Héloïse. On oublie que sa contribution au développement de la pensée occidentale fut considérable : formidable logicien, il mit en lumière une distinction fondamentale qui allait permettre, à terme, la séparation entre l’Église et l’État. 

Selon Abélard, il existait une distinction essentielle entre le crime et le péché. 

Le crime n’existait que s’il était reconnu par la loi. Nulla crimen sine lege  (pas de crime qui ne soit reconnu par la loi) disait déjà le droit Romain et il était, donc, du ressort de la puissance publique de le punir et de l’empêcher puisque tout crime est destructeur de l’ordre social.

Le péché, en revanche, ressort de la morale privée et il revient à Dieu, et à Dieu seul, de le punir.  Chacun doit s’en repentir tout en essayant d’en corriger les effets par ses actions ultérieures.

Il revient par conséquent à l’État de punir le crime, mais en aucun cas de sanctionner le péché. Aux yeux de la puissance publique, une action peut être un crime sans représenter un péché, tandis qu’un péché aux yeux de l’Église peut ne pas être du tout un délit aux yeux de la société.

Que le lecteur se souvienne, à cet égard, de la formule de François Mitterrand, mentionnant « la force injuste de la Loi ». Opposer la Loi à la Justice, c’est réintroduire au cœur de la démocratie la préférence pour une morale collective, voire une religion. 

Dans un état de droit la « morale » n’existe pas. Seule existe la légalité.

La Loi DOIT donc s’appliquer à tous également, la morale, elle, ne peut être qu’individuelle.

Ce qui veut dire aussi que l’État ne peut pas et ne doit pas se servir du monopole de la violence légitime qui lui a été impartie pour faire triompher la conception de la morale que défendent ceux qui en ont pris le contrôle.

Et c’est là que les choses se gâtent.

Nous sommes en train d’abandonner ce principe, qui a pourtant été le socle de notre civilisation.

De fait, pour moi, le débat n’est plus entre la gauche et la droite ou entre globalistes et nationalistes, mais entre ceux qui défendent la primauté de chaque individu à effectuer ses choix moraux au cas par cas, et ceux qui veulent imposer leur morale préfabriquée aux autres et ramener nos sociétés à une forme moderne de théocratie, les choix individuels étant prédéterminés par le credo d’une nouvelle religion, celle des Droits de l’Homme ou de l’Écologie (Ce sont d’ailleurs les mêmes).

Car la théocratie est antinomique à la Démocratie, qui n’est PAS l’imposition de la volonté majoritaire à l’ensemble de la population (vous avez juridiquement tort puisque vous êtes minoritaires, Laignel 1981) mais la protection des minorités contre la tyrannie majoritaire.

Les Droits de l’Homme cela n’existe pas.

Il n’existe que le Droit de chaque individu à effectuer ses choix librement dans la cadre de la Loi, qui ne peut se fonder sur la morale collective, puisque celle-ci n’existe pas.

Ce qui suppose que la Société accepte comme nécessaire à son fonctionnement la dissension et la discorde.

Pour un « honnête homme », la Vérité n’existe pas, mais on peut s’en rapprocher par la discussion entre gens de bonne compagnie, voilà ce que voulait nous enseigner Socrate, voilà la cause première de l’émergence de cette civilisation qui est la nôtre.

Je suis rentré en France il y a trois ans et je me suis depuis rendu compte avec horreur que la Classe Dirigeante (allant de Juppé à Fabius et trouvant sa fin dans tous les sens du terme avec Emmanuel Macron) avait comme projet de supprimer tout débat, puisqu’eux, ils SAVENT ce qui est bon et ce qui est juste.

Pour arriver à leurs fins, en bons Marxistes Gramsciens qu’ils sont, ils ont pris le contrôle de l’Éducation et des Media et depuis longtemps.

Et bien sûr, une véritable chappe de plomb est tombée sur notre pays et il faut bien le dire, sur beaucoup d’autres

Et du coup, les idées que je défends, et qui me viennent du Christ, d’Abélard, de Thomas d’Aquin, de Montaigne et des Lumières anglo-saxonnes ne sont plus enseignées, tandis que ceux qui les portent ne sont plus invités nulle part dans les media.

Et donc la solution ne peut pas être politique puisque gagner les élections et laisser l’Éducation et les media aux mains de ceux qu’il faut bien appeler nos ennemis, puisqu’ils veulent nous tuer, c’est garantir que nous perdrons encore et toujours.

Ce qui veut dire qu’à’ l’IDL, à partir de Septembre nous allons concentrer nos efforts sur les media et sur l’éducation puisque c’est là que se joue la bataille.

Media

  • L’IDL va embaucher sans doute une ou deux personnes à temps plein à partir de Septembre pour augmenter un peu le contenu éditorial de l’IDL mais aussi pour organiser dans nos nouveaux bureaux qui devraient être à côté de la place Victor Hugo à PARIS, un ‘ « Lieu », ou chacun pourrait venir comploter à son aise en compagnie de ses amis, ou le cas échéant, en découvrir de nouveaux. Rien de durable ne se fait sans un lieu de ralliement. Dans cet endroit, le dernier étage sera consacré à la création d’un studio multi media qui pourra être prêtée (ou louée) à ceux qui auraient envie de participer à la création d’un endroit d’où nous pourrons parler tranquillement avec des gens avec lesquels nous ne serons pas obligatoirement d’accord, sans nous faire piéger, insulter ou ridiculiser
  • Déjà, avec Richard Détente, de Grand-Angle, nous sommes en train de mettre en boite des cours d’économie politique (et non de science économique, qui est une foutaise) et qui seront disponibles sur You Tube, où votre serviteur répondra aux questions sur ce qu’est la monnaie, d’où vient la croissance, quel est le rôle des différents joueurs (état, entrepreneurs, banques, épargnants, marchés[CG1] financiers etc.). Deux « cours « sont prêts, d’autres suivront, une dizaine au total.
  • Avec d’autres sites, d’autres « amis » nous organiserons des débats entre ceux que j’appelle les gens de bonne volonté, qui seront aussi mis au fur et à mesure à la disposition de ceux que cela intéresserait.

Le but de tout cet effort sera de montrer qu’il n’existe d’idées, comme le disait Popper que chez ceux qui sont prêts à les soumettre à la critique et au débat contradictoire.

Ce qui revient à dire que ce qui caractérise ceux qui dominent le monde intellectuel d’aujourd’hui, c’est tout simplement le manque total d’idées.

 

Enseignement.

On ne peut pas reformer l’éducation nationale, mais on peut la contourner. C’est ce que font avec beaucoup de talent nos amis de l’Institut de formation politique ou IFP, dirigé par Alexandre Pesey.

L’IFP entend bien multiplier les formations s’adressant à ceux qui veulent intervenir dans la vie de la Cité, aider les journalistes à redevenir des hommes libres, se consacrer à des activités associatives ou humanitaires.

L’IDL a bien l’intention de continuer à l’IFP, car l’IFP est l’une des seules entités dont nos ennemis peuvent craindre le développement.

 

En conclusion, mon but, qui n’a rien de modeste est de partir de la réalité ultime que le futur appartiendra toujours aux minorités et jamais aux majorités.

Et que pour que ces minorités puissent agir pour le bien commun, il leur faut d’abord être formées, et ensuite être informées et que cela ne peut se faire que dans le doute et la contradiction.

Le seul problème que j’entrevois est que si cela commence à bien marcher, alors mes ressources n’y suffiront pas

C’est un problème que j’espère avoir assez vite et dans ce cas, je ne manquerai pas de vous le faire savoir, pour que nous le résolvions tous ensemble.

Bonnes vacances et rendez-vous au premier lundi de Septembre.

Charles Gave

Auteur: idlibertes

Profession de foi de IdL: *Je suis libéral, c'est à dire partisan de la liberté individuelle comme valeur fondamentale. *Je ne crois pas que libéralisme soit une une théorie économique mais plutôt une théorie de comment appliquer le Droit au capitalisme pour que ce dernier fonctionne à la satisfaction générale. *Le libéralisme est une théorie philosophique appliquée au Droit, et pas à l'Economie qui vient très loin derrière dans les préoccupations de Constant, Tocqueville , Bastiat, Raymond Aron, Jean-François Revel et bien d'autres; *Le but suprême pour les libéraux que nous incarnons étant que le Droit empêche les gros de faire du mal aux petits,les petits de massacrer les gros mais surtout, l'Etat d'enquiquiner tout le monde.

Partager sur

47 Commentaires

  1. Bonjour M Gave,

    bravo pour vos initiatives, j’espère que vous entraînerez beaucoup de monde avec vous.
    Du coup, de mon coté, je verrai à franchir le pas et à vous rejoindre rue Victor Hugo, à l’occasion.

    En parlant de formation, l’ISSEP de Marion Maréchal a des visées assez comparables. Aucun rapprochement (si j’osai le sabir managérial, je dirai aucune synergie) ne serait à envisagé ?

    Enfin, je soumets un sujet à votre réflexion : en ce moment, la notion d’entreprise a été modifiée, en instituant la “responsabilité sociale d’entreprise” (RSE pour les intimes). Cela me semble particulièrement dangereux, car c’est un cheval de Troie de l’idéologie officielle dans l’entreprise, un accroissement de la prise de contrôle de nos vie par l’Etat, qui délègue une partie du (sale) boulot aux entreprises. Qu’en pensez-vous ?

    Répondre
  2. Cher Monsieur GAVE, merci pour votre travail, l’enrichissement et l’épanouissement que vous nous apportez, et bon vent pour votre nouveau projet !
    Vous avez raison, il est malheureusement évident qu’un gros effort pédagogique et informatif est à faire pour qu’une masse critique de la population prenne enfin conscience des dangers actuels et des solutions que chacun de nous peut apporter.
    Profitez bien de vos vacances et à bientôt !

    Répondre
  3. merci monsieur gave pour votre action. j’espère avoir un jour l’occasion de vous rencontrer.

    dans votre article, je ne crois pas que Dieu punit le péché : le pécheur se punit tout seul en commettant le péché, car le péché éloigne de Dieu (la plus terrible des punitions en fait).

    bon été

    Répondre
    • A propos du titre, je me permets de citer ce “proverbe” : “qui ne se plante pas ne peut pas pousser”.

  4. Vous trainez trop avec le lobby pro-russe ces derniers temps ; vous devriez relire “comment les démocraties finissent ” pendant vos vacances

    Répondre
  5. Si la dénomination Sciences Économiques est pompeuse, l’ancienne Économie Politique paraît un peu restrictive pour reprendre pied contre cette marée de gauchisme et d’écologisme qui alors se ferait beau jeu de traiter les libéraux de ringards. Aussi la dénomination Économie sociétale et environnementale paraît plus moderne. Ce n’est qu’une suggestion. Elle m’est venue au souvenir de ce pauvre Louis XVI qui a signé un traité de Libre-échange en 1786 avec la Grande Bretagne. Or comme tout le monde le sait les récoltes de 1887 et de 1888 furent catastrophiques par contre les produits industriels anglais envahissaient nos ports. Ce faisant ils mettaient au chômage les artisans et compagnons, ruinaient les manufactures et envoyaient grossir les rangs des affamés. Si Turgot que Louis XVI admirait et que nous admirons en tant que grand économiste précurseur n’avait pas tort ce que la suite prouva, il n’en reste pas moins vrai que d’une part le sociétal dont le social et non l’inverse, comme l’environnemental est aussi capital. L’un comme l’autre (la Jacquerie gauchiste) peut toujours torpiller les meilleures recherches d’équilibre.

    Répondre
    • 1787 et 1788 et non 1887 et 1888 … personne ne suit!

  6. The best time to plant a tree is twenty years ago. The second best time is now
    Anonymous

    Répondre
  7. Bonjour M.Gave. Vos idées et vos ambitions pour la France sont louables. Il me semble en effet que la solution aux maux de la France n’est pas purement électorale. Vous avez raison , c’est un combat essentiellement culturel.
    Toutefois il me semble que le problème intellectuel de la France n’est pas uniquement situé à l’Education Nationale et dans les médias, vous oubliez la Justice française qui est littéralement gangrenée par des magistrats biberonnés à la pensée unique. J’ai d’ailleurs un membre très proche de ma famille qui était haut magistrat (aujourd’hui en retraite) et qui me confiait dans les années 80 et 90 que ses collègues étaient tous de gauche.
    Je pense que le combat culturel doit passer par la reconquête de ces 3 bastions « de gauche » : l’Education nationale, les médias, la Justice. Si ces bastions sont conquis, le reste suivra naturellement.
    Je pense par ailleurs que cette reconquête doit nécessairement et préalablement passer par une restauration de notre morale individuelle à tous, c’est à dire par la restauration du catholicisme en France. Je ne pense pas que nous puissions obtenir le moindre résultat sans retrouver une foi catholique authentique.
    Bon courage M.Gave.

    Répondre
    • Bonjour PA
      Catholicisme : auriez vous la bonté de préciser si vous vous référez au christianisme ou à l’emprise du dernier avatar de l’empire romain?
      Cordialement.
      PS Ne soyez pas choqué par ma question: j’ai fréquenté le même collège religieux que M. Dupont-Moretti, avant et plus longtemps que lui!

    • J’ai déjà posté une réponse mais sans succès, aussi je recommence;
      la solution aux problèmes de la France n’est en effet pas purement électorale tout simplement parce que nous avons les modes de scrutin (législatif mais aussi présidentiel) les plus anti-démocratiques qui puissent exister notamment du fait de l’inexistence du vote blanc comme suffrage exprimé;
      je vous rejoins à 100% sur la magistrature; dans les années que vous citez elle était en effet “rouge” en quasi totalité; je vous fait grâce de mes anecdotes à ce sujet; mais depuis que Macron, mais il n’est pas le premier et ne sera probablement pas le dernier, joue au père moralisateur et est ouvert sur une gouvernance mondialiste, donc plusieurs droits supranationaux (UE, ONU) qui peuvent servir pour la jurisprudence, une partie non négligeable de ces mêmes magistrats est maintenant macroniste! C’est notamment ce que Zemmour dénonce comme étant l’état (d’abus) de droit.

    • @Charles Heyd

      Juste un commentaire sur le mode de scrutin anti-démocratique.

      Je ne crois pas qu’il y ait de mode de scrutin idéal et le Francais n’est ni le pire ni le meilleur surtout quand on regarde ce qui se passe une fois les élections passées

      – Mode britannique favorise les deux grands partis et on en voit aujourd’hui les effets pervers avec um Premier Ministre qui va etre élu par 160,000 personnes :0.35% de l’électorat

      – Mode USA avec gagnant ayant 3,000,000 de votes de moins que le perdant

      – Mode proportionnelle donne beaucoup trop de pouvoirs aux grouspuscules

      etc…etc…

    • #Arsene Holmes;
      je sais et j’en suis persuadé, il n’y a pas de mode de scrutin parfait et donc idéal;
      nous avons en France quelques hurluberlus qui parlent, à mon sens avec raison, de la démocratie antique grecque et de de quelques uns de ses “principes” (de la démocratie); le régime grec de Périclès ou d’autres n’était pas démocratique au sens de nos valeurs démocratiques actuelles car cette démocratie était réservée à quelques “citoyens” pour qui trimaient des bataillons d’esclaves;
      les questions tournant autour du nombre de voix pour élire un responsable sont oiseuses car les situations changent d’un pays à l’autre; reprocher à Trump d’avoir été élu avec moins de voix ou très peu de plus que sa concurrente n’a aucun sens dans un pays fédéral; en France on n’arrive même pas à imaginer ce qu’est un pays fédéral alors que Macron veut une Europe fédérale et alors qu’il ne sait même pas comment fonctionnent les Länders allemands!
      Pour en revenir au mode de scrutin, il ne sert à rien d’ergoter sur les chiffres alors que l’élection s’est faite sans (trop) de magouilles, ce qui est le cas en France;
      mais:
      – il faut pouvoir dire, en tant qu’électeur, qu’on ne veut pas d’un candidat, c’est le vote blanc comme suffrage exprimé;
      – il faut pouvoir révoquer un élu s’il ne se conforme pas à ce qu’il a dit pendant la campagne ou tout simplement s’il n’a pas de résultat, c’est le RIC ou RIP; on n’en parle plus beaucoup ces derniers temps alors qu’il était beaucoup à la mode l’automne dernier!
      – il faut même pouvoir sanctionner un élu ou responsable politique lorsqu’il a fauté; pensez à tous nos scandales passés ou récemment dévoilés;

      Dans les pays que vous citez, est-ce que, ne serait-ce qu’un seul, de ces points est d’actualité? Pourtant cela existait il y a plus de deux millénaires.
      Bref, le débat est ouvert!

    • Les idées et l’entropie des modes gouvernent le monde plus que l’illusion des urnes.

      La démocratie représentative au suffrage universel direct cause le paternalisme qui porte au pouvoir des psychopathes, lorsque des chapelles de toutes sortes diffusent par mode des idées-virus que ces mêmes psychopathes s’empressent de populariser (mariage homo, marxisme culturel, keynésianisme, supra-nationalisme, nucléarisme et bombe atomique..).

      Le résultat est que dans les démocraties de forme (Europe, USA, Inde..), comme dans les dictatures de forme (Russie, Chine, Afrique..), l’humain devient un robot au service d’une institution, pendant que le bateau humanité sombre normalement dans un océan d’indifférences.

      Je crois qu’il existe pourtant un mode de scrutin idéal et qu’il nous est inspiré par la nature, par le mode d’organisation de certaines espèces animales notamment, comme par le mode d’organisation des réseaux sociaux et il s’agit de l’élection de grands électeurs par micro-groupes humains.

      Chaque citoyen devrait rallier un groupe de sept citoyens et chacun de ces groupes élirait un grand électeur, avec en plus les référendums d’initiative populaire. Voilà le mode de scrutin idéal que propose l’observation de la nature.

      Pourquoi des groupes de sept ? Car les réseaux sociaux nous démontrent que tout humain a entre lui et n’importe quel autre humain de la terre, sept autres humains (entre celui qui connait celui, qui connait celui)..

      Si on veut un système politique stable, il faut donc court-circuiter les partis politiques et baser le vote sur des groupes de sept humains.

  8. « Passe encor de bâtir ; mais planter à cet âge ! »

    Répondre
    • je ne sais plus qui répondais à la question: “que feriez-vous si on vous disait que la fin du monde c’est demain?”, répondais: “je planterai des arbres!”;
      c’est exactement ce que je ferai aussi!

    • Toujours interessant de (re)decouvrir les fables de La Fontaine. Merci aussi pour cela.

  9. Bonsoir
    La baisse d’intelligence est sans doute due à la préséance prise par l’image sur la parole; Bernard de Clairvaux avait déjà qualifié la vue de sens le plus trompeur, c’est pourquoi les abbayes cisterciennes étaient dépouillées et peu éclairées: afin que chacun se concentre sur la parole. L’image excite l’émotionnel, sans le recul procuré par le rationnel l’homme devient aisément manipulable. Le procédé consistant à noyer le citoyen dans un flux d’images sans ordre est intentionnel.
    Créer des espaces de sens nécessite de réintroduire la durée ( Bergson disait: il faut le temps que le sucre fonde!)
    A propos de planter:Q Si tu es en train de planter un arbre et que le Messie arrive, que fais-tu? R je finis d’abord de planter mon arbre ….
    Savourez donc votre vin à l’ombre des platanes, mais pour le cigare, c’est mieux sur un cognac ou un armagnac. Merci et bonnes vacances!

    Répondre
  10. Bravo. Si vous avez besoin de petites mains….Pas de problème ! Et très très bonne vacance.

    Répondre
  11. Au hasard de mes lectures de SF:

    « Heller l’animiste s’adressa au journal :

    — Maintenant que j’ai réussi mon examen de journalisme avec mention très bien, je suis en mesure d’apprécier à sa juste valeur le beau métier de journaliste. C’est une sacrée responsabilité de tenir le public au courant de tout ce qui se passe.

    Sa remarque m’amusa. Elle montrait bien à quel point il était superficiel. Il n’avait rien compris ! L’objectif des médias, c’est bien entendu de noyer le public dans les fausses nouvelles ! Sans les médias, un gouvernement et les gens qui le dirigent dans l’ombre et tirent toutes les ficelles — ne pourrait pas semer la confusion dans l’esprit des gens et les presser comme des citrons. Dans les écoles de l’Appareil, on nous enseigne ces principes avec beaucoup de soin… »

    Répondre
  12. Face à ce monde occidental de contestataires de tous poils et d’imprécateurs aliénés, prolonger vos efforts pour nous livrer des bouffées d’oxygène est de grande utilité… pour ne pas désespérer.
    L’objectif de votre rentrée, après vos enseignements, de regrouper des facultés, est ainsi une bonne piste pour interdire à nos élites de continuer à danser tous en rond… et nous imaginons bien que votre séminaire d’été à Avignon vous soit, de ce point de vue, très utile.

    Répondre
  13. Croire dans les vertus du doute, croire en la vérité : là est le salut !

    Le reste n’est que fausses certitudes, idéologies, idolâtries. Elles nous conduisent au désastre.

    Répondre
  14. Cher Monsieur Gave, je vous souhaite de réussir , mais vous le savez sans doute , vous affrontez une mafia ( le mot n’ est pas trop fort ) ou la collusion ,et le capitalisme de connivence règnent entre la politique , la ” haute ” fonction publique , les milieux des grandes affaires ( Davos-Bilderberg-Trilatérale ) les médias ( BFM Arte etc…) .
    Pour répandre votre message , je préconise la création d’un média incontournable , un Bloomberg à la française . Compétent -Impertinent – Décoiffant ( le CID ! ) . Cela nécessite une équipe de professionnels , or vous annoncez le pret d’un studio multi-média à qui voudra bien déclarer un message libéral . Vous prenez le risque de le preter soit à des incompétents, soit à des saboteurs ou bien de rester confidentiel.
    La mésaventure politique avec NDA , et le piège ” antisémite ” contre votre fille avec le journaliste délégué par l’ organe ” L’Opinion ” devraient vous avoir enseigné que le milieu mafieux – la police de la pensée – en France surveilles ses allées et contre-allées de manière rigoureuse .
    Le seul média qui surnage contre le flot conformiste est ” Valeurs Actuelles ” , seul ou presque journal rentable de la presse . Mais il ne peut réussir a prendre pied sur l’ échiquier politique , car trop élitiste .

    Répondre
  15. Beaux projets ! Bravo ! Et vive le doute !

    L’intelligence recule, une chape de plomb est tombé sur notre pays et quelques autres, oui, je le crois aussi.

    Mais pourquoi nier l’existence de la vérité ? La vérité est inatteignable, inconnaissable, sans commencement ni fin, infinie… nous ne saurions en exprimer que des bribes, et encore… à condition de douter du bien-fondé de ces bribes, mais la nier en bloc revient à admettre que tout n’est que mensonge, donc à tomber dans le nihilisme.

    Répondre
  16. Qui lève l’impôt forge l’esprit du peuple, ses moeurs et sa loi.

    Les communes sont une clef, chaque commune doit désormais rédiger sa propre subsidiaire Constitution.

    Répondre
  17. Merci !

    Merci pour votre humour, pour votre plume, pour vos contributions tellement enrichissantes.

    Il va me manquer quelque chose cet été.
    Entre les navigations, les rosés, les bons moments entre amis, il me manquera vos billets de l’IDL.

    Vivement la rentrée !

    Répondre
  18. pendant vos vacances, je vous renouvelle mon invitation à venir déguster nos huîtres et daurades grillées à la ferme de la baie de Tamaris/St Mandrier, modeste contribution pour remercier le plaisir de vous lire

    Répondre
  19. Il y a bien une morale collective, mais c’est une part essentielle de l’humanité qui échappe à jamais à l’Etat et qui est son plus parfait contrepouvoir.

    Cette morale collective, c’est le Décalogue, magnifié par le onzième commandement du Christ “Aimez vous les uns les autres”. L’expression de Dieu, aussi directe et impérative, est une exception remarquable dans la Bible. Cette morale indiscutable, imposée à tous, gravée dans les Tables de la Loi, est le cadre nécessaire de l’enseignement biblique fondamental qu’est la liberté individuelle, primat définitif de l’individu sur le groupe, individu créé à l’image de Dieu. Le négatif de la liberté individuelle, c’est la soumission absurde professée par le Coran, affligeante prose sans nul doute inspirée par le démon.

    La morale individuelle n’existe pas. On doit plutôt parler de l’éthique personnelle, le chemin que chacun emprunte pour respecter difficilement, péniblement, la morale collective qui s’impose à tous.

    L’Etat n’a effectivement pas à se mêler de cette affaire strictement privée. Pire, une société, un Etat qui s’affranchissent eux-mêmes du Décalogue, voire qui se prennent pour Dieu avec la prétention de le remplacer (Gaïa…), se condamnent à errer dans l’ignorance, la bêtise, les erreurs et le malheur, jusqu’à leur chute inéluctable.

    Pour l’Etat, il y a la DDHC. La DDHC est en quelque sorte la déclinaison sécularisée du Décalogue, la morale expliquée aux nuls (qui dirigent les Etats).

    Répondre
  20. Bravo pour votre projet et meilleurs voeux de réussite.

    Comme vous allez avoir un studio, peut etre pourriez vous aussi faire des interviews comme Thinkerview, c’est à dire de vrai interviews de 2 heures en laissant parler les invités.

    Mais avec un interviewer moins à gauche que l’inconnu (que vous connaissez) de Thinkerview.

    Passez de bonnes vacances. J’espère que la chaleur va se calmer un peu. J’avais 55 degrés au soleil la semaine dernière dans le Lubéron

    Un dernier point que j’avais soulever avec votre collègues RM à propos de la connection en Mai. J’ai mis 49 secondes pour accéder au site et 20 secondes de plus pour accéder à l’article.

    Si vous voulezv bien vous développer, il faut absolument régler ce problème

    Répondre
    • Bonjour Charles, je plussoie !

      Votre sens de l’engagement complète votre sens de la pédagogie et j’ai une réelle admiration pour les 2.
      je vous souhaite beaucoup de succès dans cette entreprise.
      Quelques remarques si elles peuvent aider :
      – des sites comme “les-crises” postent et traduisent les articles qu’ils jugent pertinents. peut être y a t il des enseignements à tirer sur leurs besoins, organisation et façons de procéder (traducteurs, etc)
      – définir et expliquer les concepts clefs du libéralisme comme wikibéral le fait. Il y a quantité de mots et concepts disqualifiés car les personnes ne lui prêtent pas ou plus le sens qui lui est imparti.
      – thinkerview a eu des itw de grandes qualités même si malheureusement ils penchent de plus en plus à gauche. pas sur que le format 2h soit le plus vendeur mais une itw qui donne du temps à un invité spécialiste ou passionné du domaine sur lequel il intervient, qui permet d’aller au fond, de ne pas le ménager pour lever les contradictions ou constater les limites c’est très plaisant, instructif, efficace.
      – en cas de succès, j’imagine qu’on essaiera bien vite de vous caricaturer et de vous enfermer dans le camps des conservateurs, catho, intégristes, nationalistes ou réac. bref, des cases qui pour certaines, conviennent à vos lecteurs mais qui seront un repoussoir pour d’autres et ils s’interdiront de revendiquer ces idées saines.

      un IDL avec une video par semaine avec un spécialiste qui développe son point de vue et se confronte à la critique de l’itwer ; un flux d’actu qui permet de lire des articles pertinents et variés, un index avec les grands auteurs et concepts qu’il faut avoir lu, les sites amis etc ; et un débat contradictoire trimestriel en live ds un théâtre parisien ou dans une région différente à chaque fois, ce serait parfait 🙂

      – j’imagine aussi que bien des gens sont sensibles à votre travail et seraient disponibles pour vous soutenir en donnant du temps, de l’argent ou des compétences. Peut être devriez vous leur demander de temps en temps en précisant les éventuels besoins.

      Bonnes vacances à vous à à l’institut

  21. Bonjour,peut être pourriez vous faire quelque chose avec Didier Dufau du cercle des économistes e toile dont le blog est intéressant et le dernier livre la monnaie du diable passionnant

    Répondre
  22. Je vois que vous suivez l’exemple de Roger Scruton qui a participé à la création d’universités clandestines et de réseaux éducatifs dans l’Europe centrale sous contrôle soviétique pendant la Guerre froide.
    Il fut récompensé pour ses efforts dans ce domaine. Pour une fois !

    Sur le totalitarisme, dont l’écologisme est une nouvelle forme, voir cette réflexion sur les trois pouvoirs.
    https://rabouilleur.wordpress.com/2018/09/18/les-trois-pouvoirs/
    Un régime politique, religieux ou laïque, est totalitaire quand ces trois pouvoirs sont réunis.

    Répondre
  23. Dans cette perspective, un livre à lire pour structurer l’action

    Switch de Chip et Dan Heath.

    Cordialement.

    Répondre
  24. Quel courage ! Je suis partagé entre l’admiration et l’incompréhension…

    Répondre
  25. La religion qui me parait la plus pernicieuse de nos jours est l’écologie, surtout dans sa forme “pastèque” (vert dehors et rouge dedans), notament sous la forme “mort au carbone”, alors que le carbone, c’est la vie, notamment sous la forme de gaz carbonique.
    Il est inouï de constater que ces illuminés rendent le CO2 responsable de tous nos maux alors qu’il n’est pour rien ou presque rien dans le petit réchauffement que nous constatons depuis 1800 environ.
    La démonstration demande quelques connaissances en physique et serait trop longue en quelques lignes. On en trouve les grandes ligns dans le livre du Pr Gervais ou, en anglais chez William Happer et bien d’autres.

    Répondre
    • J’ajoute que je vous souhaite un bon repos avec tous vos acessoires, encore que je préfère le Meursault ou même le Montrachet (une fois par an). Je vous abandonne le cigare, point sur lequel je ne vous suivrai pas. Personne n’est parfait, n’est-ce pas?

    • Bonjour,
      Réduire le débat de l’écologie sur le CO2 est assez réducteur.
      ça n’est pas parce que les “pastèques” se sont emparés du sujet qu’il n’y a pas de sujet.
      Les comportements individuels ont des conséquences, des impacts qui permettent à l’individu d’évaluer ses choix (essais/erreurs essais/réussites).
      En matière d’écologie les conséquences ne sont pas ou difficilement perceptibles par les individus qui choisissent mais plutôt par d’autres individus géographiquement ou de générations différentes qui subissent ou vont subir ses choix.
      Nos “grands décideurs” imposent leurs choix en écologie comme sur tous les autres sujets. Au lieu de laisser l’intelligence individuelle s’exprimer. C’est bien là le problème.
      Cdt,

  26. Bon courage à vous si vous pensez pouvoir convaincre de réfléchir et discuter des gens qui ne pensent pas comme vous!

    A plusieurs reprise j’ai essayé de discuter avec des gens de gauche et/ou des écolos : dès qu’ils s’aperçoivent que leurs bases religieuses sont en train de s’effriter (voire de s’effondrer) soit ils s’énervent (“vous ne comprenez rien”) et s’enferment dans le mutisme, ou tout simplement ils partent…

    Mais bon, sur IDL, nous pourrons lire des avis contradictoire et nous faire notre propre opinion. Youpi!

    Répondre
  27. Bonjour,

    “nouveaux bureaux … nouvelles publications sur les média … organisation de débats, …” que d’énergie et d’enthousiasme ! ça mérite effectivement quelques bouteilles de Châteauneuf 😉
    Bonnes vacances

    Répondre
  28. Bonjour,

    Ce sont des très beaux projets que vous avez, merci !
    Bonnes vacances à tous !

    Répondre
  29. Bonjour !

    Je vois que vous avez encore foi dans l’humanité à la lecture de votre billet.
    Vous voulez participer à l’information et l’éducation du peuple. Mais ledit peuple n’est-il pas une foule la plupart du temps ?
    Comment informer un peuple qui regarde à la télévision des jeux ou des programmes de téléréalité que je trouve, avec le mauvais esprit qui m’occupe, débilisant ?
    Les peuples veulent-ils la “vérité” ??? Pour avoir la réponse, il suffit de voir les élections, notamment présidentielles, avec toutes les faussetés et escroqueries.

    Répondre
    • Ce que vous appelez le peuple, Philippe le bel, n’est qu’un agrégat d’individus réduits à des catégories, réduction qui semble vous échapper.

      A Charles Gave et Richard Détente, bravo et merci!

  30. Bonjour,

    Belles perspectives.
    Ce we, je lisais un papier sur le projet Manta, entreprise passionnante qui consiste à construire un voilier hyper moderne pour collecter et recycler le plastique des océans.
    Je me disais que ce serait intéressant de prendre part à un tel projet, d’une façon ou d’une autre.
    Mais la seule chose possible est du mécénat avec une possibilité de défiscalisation. Et cela ne m’a pas emballé du tout.
    J’aurais préféré une formule d’actionnariat, une participation plus active qui matérialise l’engagement et donne le sentiment de participer à l’entreprise.
    Peau dans le jeu.
    Bonnes vacances !

    Répondre
  31. Bonjour
    Six semaines de sevrage ! sans billet, mais celui- ci porte à réflexion pour patienter.

    Bonne vacances

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *